« Le risque cyclonique est plus élevé que les années précédentes », prévient Météo France

Publié le

Les météorologues de Météo France Polynésie ont fait le point, ce mardi matin, sur les prévisions climatiques à venir au fenua, alors que la saison chaude vient de débuter. Selon les modèles, « le risque cyclonique est plus élevé que les années précédentes ». Les précipitations s’annoncent également abondantes pour la deuxième partie de la saison.

Publié le 31/10/2023 à 13:09 - Mise à jour le 31/10/2023 à 14:07

Les météorologues de Météo France Polynésie ont fait le point, ce mardi matin, sur les prévisions climatiques à venir au fenua, alors que la saison chaude vient de débuter. Selon les modèles, « le risque cyclonique est plus élevé que les années précédentes ». Les précipitations s’annoncent également abondantes pour la deuxième partie de la saison.

Les Polynésiens sont prévenus. La saison chaude qui débute pourrait s’avérer mouvementée. En raison d’un phénomène El Niño, « le risque cyclonique est plus élevé que les années précédentes », prévient Victoire Laurent, climatologue à Météo France.

« Le phénomène El Niño est déjà installé, mais il va s’intensifier et avoir un pic aux mois de décembre et janvier (…). Les îles qui doivent se préparer à vivre éventuellement un phénomène de dépression vont être la Société, les Tuamotu et les Australes. Il faut que les gens se tiennent informés (…). C’est un risque qu’il faut prendre au sérieux en se préparant », ajoute-t-elle.

De fortes précipitations sont également attendues. « On aura plus de pluie puisqu’on a le caractère El Niño et la Zone de Convergence du Pacifique Sud qui se déplace sur nous. Donc, on risque d’avoir plus de pluie sur le deuxième période de la saison », précise Victoire Laurent. Aux Marquises, aux Australes et aux Gambier, les seuils de pluviométrie devraient être proches des normales, mais excédentaires sur les autres archipels.

– PUBLICITE –

Reste que la situation géographique de la Polynésie est plus favorable que celle d’autres îles du Pacifique. « Si l’on regarde sur les 50 dernières années, on voit qu’il y a une baisse de l’activité cyclonique en Polynésie, notamment sur les 3 dernières décades. Quelque part, par rapport à d’autres pays voisins, on est quand même chanceux (….). Mais je rappelle quand même qu’on a les fortes pluies, les houles, deux phénomènes qui provoquent aujourd’hui des dégâts assez importants sur nos îles et qui font des morts », conclut la climatologue.

Le dernier cyclone ayant frappé la Polynésie, Oli, date de l’année 2010. Quant à la dernière dépression modérée, elle remonte à la saison 2017/2018.

Dernières news