samedi 24 août 2019
A VOIR

|

Ferme aquacole de Hao : pour le maire, “ce projet doit aller à son terme”

Publié le

Publié le 07/04/2019 à 8:39 - Mise à jour le 07/04/2019 à 8:39
Lecture 3 minutes

Il y a quelques jours une délégation est partie à Shanghai pour discuter avec les investisseurs chinois : vous avez des nouvelles de ces réunions de travail ?
“Ils sont partis vendredi et sont actuellement à Shanghai, mais les réunions n’ont pas encore commencé donc je n’ai pas d’autres nouvelles.”
 
Qu’est-ce qui a ralenti l’avancée du projet ces derniers mois ? 
“Comme vous et moi, même la population, on est à l’affût d’informations. Beaucoup de choses se sont dites, beaucoup de choses se sont faites. Mais aujourd’hui, je suis fustigé, critiqué de partout à cause de ce projet. C’est un projet que certainement, en tant que maire, je porte pour le développement de Hao et des Tuamotu. Je n’ai pas d’autres nouvelles que celles de 2017 quand les Chinois ont fait l’inauguration du site avec le parchemin, celles de 2018 où le directeur de la Banque de Chine est venu, et celles d’aujourd’hui où nos collègues sont partis à Shanghai vendredi.”
 
D’un côté, le Pays explique qu’il manque des documents, de l’autre Tahiti Nui Ocean Foods dit qu’ils n’ont pas de réponses sur certains dossiers. Qui a raison ?
“Il n’y a qu’eux qui savent, mais en tout cas des discussions qu’il y a entre la commune et les maîtres d’œuvre, parce que je communique à travers les maîtres d’œuvre avec les Chinois, quelques documents manquent. Il y a des choses qui sont changées au fur et à mesure et qui nécessitent une autre discussion avec des permis derrière. De ce que je sais, le Pays a fait ce qu’il y a à faire, la commune a fait ce qu’il y a à faire, donc je pense qu’il ne reste que nos investisseurs chinois et on les attend.”
 
Les travaux à Hao sont totalement arrêtés ?
“Totalement oui, sauf ceux du Pays. Ils sont en train de finir la route de contournement, donc le Pays continue dans sa lancée.”
 
On dit que Wang Chen est un peu fantasque et qu’il change d’idée régulièrement pour la réalisation de la ferme. Vous confirmez ?
“Je ne le connais pas, donc je ne sais pas. Mais d’après les discussions que j’ai avec les maîtres d’œuvre il y a quelques changements qui se font, mais je n’en sais pas plus.”
 
Est-ce qu’on peut toujours espérer un début des travaux avant la fin du premier semestre de cette année ?
“J’y crois fortement en tout cas. Espérer c’est depuis 2014 qu’on l’espère. On est en 2019, ça fait 5 ans qu’on espère. Mais en tout cas pour moi ce projet doit aller à son terme, il faut qu’il continue, il faut qu’il aboutisse. Ça fait quand même cinq ans qu’on bosse et qu’on y croit, et ça fait 20 ans qu’on espère que le développement des Tuamotu se fasse, donc je pense qu’à travers ce projet on peut trouver quelque chose de bien pour les Pa’umotu. Donc j’y crois fortement, il faut qu’on finisse ce projet, qu’on l’aboutisse.”
 
Beaucoup d’associations craignent toujours l’impact environnemental de cette ferme aquacole. Est-ce que vous avez des garanties à ce sujet ?
“Les associations ont raison. Je suis comme eux, soucieux de cet environnement, c’est pour ça que je trouve que la lenteur qu’il y a actuellement nous permet aujourd’hui de continuer à discuter, qu’il y ait des études plus approfondies. Et j’encourage le Pays à continuer parce qu’ils le font, et la commune les suivra. Et je demande aussi aux associations de continuer leur lutte contre cette pollution qui peut arriver, mais en tout cas il faut qu’on puisse minimiser toute cette pollution pour qu’on puisse réussir ce projet.”
 
Cette ferme est un enjeu économique mais aussi politique à un an des municipales. C’est une course contre la montre pour le Tapura et pour vous aussi ?
“Vous savez, j’ai fait une réunion à Hao, et je leur ai dit que la politique ne devrait pas venir bloquer notre envie de développer notre commune. Parce que la politique ce n’est pas seulement maintenant. La politique c’est tous les jours, avant les élections, pendant les élections, après les élections. Heureusement que la politique est là pour que les communes se développent. Pour moi en tout cas, si le projet doit venir aujourd’hui, il doit venir. S’il doit venir demain après les élections, mais il faut qu’il se fasse quelle que soit la couleur politique qui sera demain.”
 
Est-ce que vous êtes d’accord avec vos collègues parlementaires du Tapura qui ne comprennent pas la décision du parti de soutenir la liste de la République en marche aux élections européennes alors qu’eux-mêmes sont inscrits à l’UDI à Paris ?
“J’ai participé à la réunion avec le Tapura Huiraatira et j’ai donné mon avis de soutenir Tearii Alpha. J’ai lu leurs inquiétudes concernant leur groupe sur la métropole, mais je ne veux pas m’immiscer dans tout ça. C’est une décision qu’ils devront prendre avec le président, mais en tout cas pour nous, ne sachant pas ça au départ, on a donné notre soutien à Tearii Alpha.”
 

Rédaction web avec Brandy Tevero
 
 
 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Super Aito : Steeve Teihotaata compte bien conserver son...

Ce samedi sur Tahiti Nui Télévision, vous pourrez suivre en direct le Super aito 2019. Plus de 160 rameurs sont attendus pour la "course V1" de l’année. Parmi eux, le champion en titre Steeve Teihotaata :

Comment lutter contre les “fake news” ?

Si les fausses informations circulaient déjà bien avant l’avènement des réseaux sociaux, depuis leur arrivée, on ne compte plus le nombre d’intox. Véritable fléau, les "fake news" font hélas partie du quotidien des internautes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV