mercredi 18 septembre 2019
A VOIR

|

Dialyse : Diapol dépose deux recours au tribunal administratif

Publié le

Publié le 13/02/2018 à 8:25 - Mise à jour le 13/02/2018 à 8:25
Lecture 3 minutes

Sur quoi la commission d’organisation sanitaire a-t-elle basé ses choix pour accréditer ou non les sociétés qui pratiquent la dialyse ? C’est la question que pose Diapol. Les dossiers déposés par cette SARL, crée en 2015, et spécialisée dans l’activité de traitement de l’insuffisance rénale chronique par expuration extrarénale dans une unité d’autodialyse, avaient reçu plusieurs avis favorables et elle était autorisé à exercer en complément de l’Apurad.

Mais les arrêtés du 8 juin 2016 en faveur de Diapol et d’autres prestataires ont été annulés, en mai dernier, faute de plan sanitaire valide au niveau du Pays.

Le Pays avait alors 6 mois pour se positionner à nouveau. Il l’a fait fin novembre. Mais alors que Diapol a présenté une offre similaire, la société a cette fois reçu une fin de non recevoir… “Pour justifier le rejet du dossier de Diapol cette fois-ci, les autorités compétentes ont invoqué la possibilité, pour Diapol, de faire entrer au capital social, des actionnaires. Alors que cette possibilité existait déjà dans le premier dossier qui a fait l’objet d’un agrément. Donc on ne comprend pas pourquoi cette-fois-ci, le pays considère que ce motif-là devrait conduire au rejet”, explique Mourad Mikou, l’avocat de Diapol. “Et pire que ça : un tel motif de rejet est illégal  parce-qu’il n’est pas prévu par la délibération applicable en la matière (…) Dans le cadre de l’instruction des demandes, ll y a un médecin rapporteur qui a rendu un rapport émettant un avis défavorable aux demandes d’autorisations faites par Isis Polynésie. Pourtant, le Pays a donné les agréments. En revanche, ce même médecin rapporteur a donné un avis favorable aux demandes de Diapol : pourtant, le Pays a rejeté ses demandes”. 

Une décision qui suscite également des questions chez une partie des patients. L’association des dialysés de Polynésie réclame des explications : “On demande que l’on vienne nous voir un peu, et que l’on donne la licence à une société qui est compétente en la matière, et qui a tous les moyens à disposition… et non pas des “copains coquins”… ça c’est fini!”, s’exclame Denys Tong Sang, vice président de l’association des dialysés. “Je leur ai proposé de venir voir comment se passent les dialyses à Paea. 4 heures sans bouger… j’ai demandé au ministre de venir faire un tour : il ne m’a pas répondu!”

Sollicité, Jacques Raynal, ministre de la Santé et président de la COS, n’a pas souhaité s’exprimer sur une affaire en justice.

Parmi les critères retenus pour l’agrément, figurent la localisation des unités de dialyse. Le prix des séances et les économies réalisées. A ce jour, une séance coûte un peu plus de 30 000 francs. 500 personnes souffrent d’insuffisance rénale sur le fenua. 
 

Laure Philiber et Brandy Tevero

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Turama – Décrochage scolaire : qui est concerné, comment...

La Mission de lutte contre le décrochage scolaire a fait sa rentrée. La MLDS aide chaque année des jeunes qui sortent du système scolaire. Les inscriptions sont toujours plus nombreuses. Un nouveau centre a ouvert ses portes à Raiatea. Pour évoquer le sujet du décrochage scolaire, Jean-Jacques Hénault, inspecteur de l'éducation nationale était notre invité du journal.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV