dimanche 20 octobre 2019
A VOIR

|

Dialyse : Diapol dépose deux recours au tribunal administratif

Publié le

Publié le 13/02/2018 à 8:25 - Mise à jour le 13/02/2018 à 8:25
Lecture 3 minutes

Sur quoi la commission d’organisation sanitaire a-t-elle basé ses choix pour accréditer ou non les sociétés qui pratiquent la dialyse ? C’est la question que pose Diapol. Les dossiers déposés par cette SARL, crée en 2015, et spécialisée dans l’activité de traitement de l’insuffisance rénale chronique par expuration extrarénale dans une unité d’autodialyse, avaient reçu plusieurs avis favorables et elle était autorisé à exercer en complément de l’Apurad.

Mais les arrêtés du 8 juin 2016 en faveur de Diapol et d’autres prestataires ont été annulés, en mai dernier, faute de plan sanitaire valide au niveau du Pays.

Le Pays avait alors 6 mois pour se positionner à nouveau. Il l’a fait fin novembre. Mais alors que Diapol a présenté une offre similaire, la société a cette fois reçu une fin de non recevoir… “Pour justifier le rejet du dossier de Diapol cette fois-ci, les autorités compétentes ont invoqué la possibilité, pour Diapol, de faire entrer au capital social, des actionnaires. Alors que cette possibilité existait déjà dans le premier dossier qui a fait l’objet d’un agrément. Donc on ne comprend pas pourquoi cette-fois-ci, le pays considère que ce motif-là devrait conduire au rejet”, explique Mourad Mikou, l’avocat de Diapol. “Et pire que ça : un tel motif de rejet est illégal  parce-qu’il n’est pas prévu par la délibération applicable en la matière (…) Dans le cadre de l’instruction des demandes, ll y a un médecin rapporteur qui a rendu un rapport émettant un avis défavorable aux demandes d’autorisations faites par Isis Polynésie. Pourtant, le Pays a donné les agréments. En revanche, ce même médecin rapporteur a donné un avis favorable aux demandes de Diapol : pourtant, le Pays a rejeté ses demandes”. 

Une décision qui suscite également des questions chez une partie des patients. L’association des dialysés de Polynésie réclame des explications : “On demande que l’on vienne nous voir un peu, et que l’on donne la licence à une société qui est compétente en la matière, et qui a tous les moyens à disposition… et non pas des “copains coquins”… ça c’est fini!”, s’exclame Denys Tong Sang, vice président de l’association des dialysés. “Je leur ai proposé de venir voir comment se passent les dialyses à Paea. 4 heures sans bouger… j’ai demandé au ministre de venir faire un tour : il ne m’a pas répondu!”

Sollicité, Jacques Raynal, ministre de la Santé et président de la COS, n’a pas souhaité s’exprimer sur une affaire en justice.

Parmi les critères retenus pour l’agrément, figurent la localisation des unités de dialyse. Le prix des séances et les économies réalisées. A ce jour, une séance coûte un peu plus de 30 000 francs. 500 personnes souffrent d’insuffisance rénale sur le fenua. 
 

Laure Philiber et Brandy Tevero

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au...

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X