lundi 1 juin 2020
A VOIR

|

Dialyse : Diapol dépose deux recours au tribunal administratif

Publié le

Publié le 13/02/2018 à 8:25 - Mise à jour le 13/02/2018 à 8:25
Lecture 3 minutes

Sur quoi la commission d’organisation sanitaire a-t-elle basé ses choix pour accréditer ou non les sociétés qui pratiquent la dialyse ? C’est la question que pose Diapol. Les dossiers déposés par cette SARL, crée en 2015, et spécialisée dans l’activité de traitement de l’insuffisance rénale chronique par expuration extrarénale dans une unité d’autodialyse, avaient reçu plusieurs avis favorables et elle était autorisé à exercer en complément de l’Apurad.

Mais les arrêtés du 8 juin 2016 en faveur de Diapol et d’autres prestataires ont été annulés, en mai dernier, faute de plan sanitaire valide au niveau du Pays.

Le Pays avait alors 6 mois pour se positionner à nouveau. Il l’a fait fin novembre. Mais alors que Diapol a présenté une offre similaire, la société a cette fois reçu une fin de non recevoir… « Pour justifier le rejet du dossier de Diapol cette fois-ci, les autorités compétentes ont invoqué la possibilité, pour Diapol, de faire entrer au capital social, des actionnaires. Alors que cette possibilité existait déjà dans le premier dossier qui a fait l’objet d’un agrément. Donc on ne comprend pas pourquoi cette-fois-ci, le pays considère que ce motif-là devrait conduire au rejet », explique Mourad Mikou, l’avocat de Diapol. « Et pire que ça : un tel motif de rejet est illégal  parce-qu’il n’est pas prévu par la délibération applicable en la matière (…) Dans le cadre de l’instruction des demandes, ll y a un médecin rapporteur qui a rendu un rapport émettant un avis défavorable aux demandes d’autorisations faites par Isis Polynésie. Pourtant, le Pays a donné les agréments. En revanche, ce même médecin rapporteur a donné un avis favorable aux demandes de Diapol : pourtant, le Pays a rejeté ses demandes ». 

Une décision qui suscite également des questions chez une partie des patients. L’association des dialysés de Polynésie réclame des explications : « On demande que l’on vienne nous voir un peu, et que l’on donne la licence à une société qui est compétente en la matière, et qui a tous les moyens à disposition… et non pas des « copains coquins »… ça c’est fini! », s’exclame Denys Tong Sang, vice président de l’association des dialysés. « Je leur ai proposé de venir voir comment se passent les dialyses à Paea. 4 heures sans bouger… j’ai demandé au ministre de venir faire un tour : il ne m’a pas répondu! »

Sollicité, Jacques Raynal, ministre de la Santé et président de la COS, n’a pas souhaité s’exprimer sur une affaire en justice.

Parmi les critères retenus pour l’agrément, figurent la localisation des unités de dialyse. Le prix des séances et les économies réalisées. A ce jour, une séance coûte un peu plus de 30 000 francs. 500 personnes souffrent d’insuffisance rénale sur le fenua. 
 

Laure Philiber et Brandy Tevero

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : fermeture du 444 789 à partir du...

Le numéro mis en place par le gouvernement depuis le 13 mars pour répondre aux questions de la population sur le Covid-19, sera fermé à compter du dimanche 31 mai, ne recevant quasiment plus d'appels.

Plus de 2 500 visiteurs pour la réouverture du...

Soulagement et sourire aux lèvres pour les agriculteurs qui ont fait leur retour au marché du dimanche matin à Papeete, mais également pour le public qui était au rendez-vous, après plus de deux mois d'absence, lié au confinement.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV