fbpx
vendredi 22 novembre 2019
A VOIR

|

Dépistage de grande ampleur de la tuberculose à Mahina

Publié le

Publié le 18/09/2017 à 11:53 - Mise à jour le 18/09/2017 à 11:53
Lecture 3 minutes

Les habitants des quartiers de Tuiho, Tititia et Taharaa, ont donc été conviés à se faire dépister ce mardi. Le dépistage démarre tout d’abord par un questionnaire médical afin de recenser les signes cliniques du patient. Puis on remet à celui-ci une ordonnance pour une radio des poumons qu’il devra passer d’ici vendredi. S’ensuit une intradermo réaction, soit une piqûre dans le bras, dans lequel un produit est injecté et, vendredi, les médecins mesureront l’induration qui a été créée par l’injection. En fonction de celle-ci, soit la personne est déclarée saine et l’aventure se termine là, soit un doute subsiste et elle devra passer des analyses supplémentaires.

Marine Giard, médecin nous explique “Quand on diagnostique un cas de tuberculose, on fait une enquête auprès de la famille, des proches, et l’entourage professionnel”. Sauf que dans le cas présent, les médecins se sont aperçus que dans certains quartiers, plusieurs foyers étaient touchés et que l’enquête habituelle ne suffisait plus. Il fallait l’étendre. “On a préféré faire une enquête sur l’ensemble du quartier, car cela fait plusieurs années que ça dure, et on pense qu’il y a une transmission qui continue dans le quartier, que l’on a pas réussi à identifier avec le dépistage habituel.”

La tuberculose est une maladie contagieuse qui se transmet de personne en personne, dont la forme la plus fréquente est la forme pulmonaire. Dans ce cas-là, elle se transmet par les sécrétions bronchiques. “On tousse et on projette la bactérie responsable de la tuberculose.” Les conditions favorables à la transmission de la maladie, sont “les contacts répétés et rapprochés avec une personne malade et contagieuse et à fortiori si l’on se trouve dans une pièce mal aérée.”

Promiscuité, insalubrité et précarité sont les conditions idéales pour le développement de la maladie et sa transmission. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas une maladie qui avait disparu, même si la tuberculose faisait des ravages après-guerre et que depuis l’on en entendait quasiment plus parler. “Cette maladie n’a jamais totalement disparu. Elle était bien plus élevée dans le passé. Ce qui a permis de diminuer son incidence, c’est une nette amélioration des conditions de l’hygiène de vie et le traitement par antibiotique qui a participé à la baisse de l’apparition de nouveau cas.”

Le traitement de la tuberculose se fait par antibiotiques. Plusieurs, et ce durant plusieurs mois. “Au minimum six mois. C’est long, et c’est pour cela que parfois les patients ont du mal à suivre le traitement jusqu’au bout.” En effet, les personnes atteintes doivent prendre chaque jour plusieurs molécules et plusieurs médicaments, ce qui peut en rebuter certains.

Pour en guérir, il est très important de mener le traitement à son terme. “Si on s’arrête avant, on risque d’avoir une rechute de la maladie, mais en plus, la bactérie risque de devenir résistante aux antibiotiques, et là, cela devient beaucoup plus compliqué à traiter.”

Si une personne est atteinte de la tuberculose, elle sera hospitalisée,  puis isolée, dans une chambre seule, le temps que le traitement soit initié et qu’elle ne soit plus contagieuse. “Elle sortira une fois qu’elle n’est plus déclarée contagieuse, mais par contre, il ne faudra pas qu’elle arrête le traitement”.

En Polynésie, la tuberculose est présente dans plusieurs archipels, et 50 à 60 nouveau cas par an sont signalés, chiffre que les autorités médicales n’arrivent pas à endiguer. Suite au recensement de quelques cas à Tahiti, la Direction de la santé a décidé de mener une vaste opération de dépistage, constituée de plusieurs rendez-vous à Papeete, à Pirae.
 

Pascal Bastianaggi

 
 

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La période de reproduction de la grande barrière de...

Chamboulé par le réchauffement climatique et l'augmentation des températures de la mer, l'écosystème corallien le plus important du monde explose une fois...

La Polynésie représentée à la réunion du Centre National...

En représentation d’Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre en charge de la Culture et de l’Environnement, et à sa demande, le directeur de cabinet du ministère, Maurice Yune, a siégé, jeudi dernier, au conseil plénier du Centre National de la Biodiversité, au ministère de la Transition écologique et solidaire à Paris.

Congrès des maires de France : une journée dédiée...

La mutualité c’était l’espace du congrès des maires dans les années 50… Aujourd’hui, les têtes ont changé évidemment mais depuis plusieurs années,...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X