samedi 25 septembre 2021
A VOIR

|

Covid-19 : boire un verre oui, mais… sans animation musicale

Publié le

Face à la situation sanitaire qui se dégrade, de nouvelles règles sont imposées. Dans les bars et restaurants, on craint des mesures encore plus difficiles comme le retour du couvre-feu. Les animations musicales sont à nouveau interdites. Les professionnels s’adaptent, mais sont unanimes : sans animation musicale, c’est un manque à gagner pour les établissements comme pour les artistes.

Publié le 07/08/2021 à 14:06 - Mise à jour le 07/08/2021 à 14:06
Lecture 2 minutes

Face à la situation sanitaire qui se dégrade, de nouvelles règles sont imposées. Dans les bars et restaurants, on craint des mesures encore plus difficiles comme le retour du couvre-feu. Les animations musicales sont à nouveau interdites. Les professionnels s’adaptent, mais sont unanimes : sans animation musicale, c’est un manque à gagner pour les établissements comme pour les artistes.

Dans un bar de Papeete, le constat est amer. En début de soirée, les clients manquent à l’appel. L’établissement avait programmé une soirée karaoké. Selon le manager, même s’il respecte les consignes, avec des tables de 6 personnes maximum, sans animation musicale, le bar est beaucoup moins fréquenté.

Teuira Garbé, le patron, un artiste lui aussi, a annulé tous ses concerts pour le mois d’août : “Nous ne fonctionnons que sur réservation depuis plus d’un an. À cette heure-ci, nos tables sont censées être toutes prises. Depuis qu’ils ont remis en place les restrictions, nous faisons à peine un cinquième de notre chiffre d’affaires”.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

L’animation musicale dans les bars et restaurants, c’est un peu comme un bon menu sur une carte. Sans ça, la clientèle reste moins longtemps en terrasse. Ce restaurateur et gérant de boite de nuit rappelle que les discothèques sont fermées depuis 17 mois. L’interdiction des concerts et des karaokés est un nouveau coup dur : “Je suis déçu parce qu’on replonge à faire des gros sacrifices. J’espère que tout le monde aura bien compris la leçon et que tout le monde va être sérieux, raisonnable, et qu’on s’en sorte au plus vite tous” indique Stéphane Gay, président du syndicat des bars dancing.

Restaurateurs, gérants de bars et artistes sont unanimes : les concerts auraient pu selon eux être maintenus avec le protocole sanitaire en vigueur et des tables réduites. Les scènes des restaurants resteront donc vides pendant encore plusieurs semaines. C’est une grosse déception pour les musiciens qui ont tous été surpris de voir les images d’un concert privé avec les autorités du Pays diffusées sur la toile ces derniers jours.

“Je pense à tous ces artistes… (…) et en plus avec des personnes qui n’ont pas de considération forcément pour eux, on l’a vu ces derniers jours. C’est aussi une exemplarité à montrer à notre population. C’est ça qui me touche plus que les restrictions au final, c’est un on/off sur les artistes “ déplore Raimana Bareille, chanteur du groupe Pepena.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Un autre bar restaurant de la capitale a également fait une croix sur son calendrier d’animation. Le 30 juillet dernier, lors de l’annonce des nouvelles mesures, 50 réservations ont été annulées le soir-même. Il faut désormais trouver de nouvelles formules pour conserver la clientèle. “On propose des offres sur la nourriture, les boissons, on fait des offres spéciales par rapport à des soirées à thème comme des soirées pizzas ou burgers pour compenser le manque” explique Ambre Puairau, cheffe de salle.

Vendredi soir, entre deux tournées et des contrôles de police, dans les bars et restaurants planaient aussi la crainte d’un retour du couvre-feu des 21 heures…

Rédigé par

infos coronavirus