lundi 26 octobre 2020
A VOIR

|

Black-out : « il y a eu une erreur humaine »

Publié le

Nouveau black-out ce mardi à Tahiti. Pendant près de deux heures, l'île a été privée d'électricité. A l'origine : une erreur humaine.

Publié le 26/11/2019 à 14:57 - Mise à jour le 26/11/2019 à 15:19
Lecture 2 minutes

Nouveau black-out ce mardi à Tahiti. Pendant près de deux heures, l'île a été privée d'électricité. A l'origine : une erreur humaine.

Il est près de 9h30 quand le courant est coupé. Tout Tahiti se retrouve sans électricité. Plus d’un mois après, c’est de nouveau le black-out.

« Ce matin on avait une opération relativement courante sur le poste de Arue qui consistait à mettre hors tension un morceau de réseau et le mettre à la terre, explique Yann Wolff Directeur des exploitations Tahiti chez EDT. Et puis il y a eu une erreur humaine et cette erreur a entraîné un black-out dû à un court circuit. On a très rapidement compris d’où venait le problème et puis on s’est lancé dans des opérations de reconstruction du réseau qui sur Tahiti durent entre 1h30 et 2 heures. Ce matin on a mis 1h45 à renvoyer le dernier client. Il faut redémarrer les centrales thermiques, il faut redémarrer les centrales hydro, il faut reconstruire le réseau de transport et il faut réalimenter départ à distribution par départ à distribution, ville par ville, zone par zone. »

>Lire aussi – Electricité : panne générale à Tahiti

Lors de pannes générales, toute une organisation est déclenchée : « On s’entraîne régulièrement pour ça. On a des exercices. Là c’est la situation réelle. On est là pour gérer la crise donc effectivement on a des processus qu’on met en place et qui sont bien mis en place », raconte Christophe Deschamps directeur de cabinet du haut-commissariat. « On prend le relais dès que EDT nous signale un incident. Ça a été le cas à 9h30. On monte immédiatement un PC de crise mais comme on fait une com’ assez rapidement, on a très peu de panique dans la population. »

Le haut-commissariat a dû, par exemple, communiquer sur le déclenchement des sirènes d’alertes tsunami, lié à la panne, afin de rassurer la population.

« Dans le cas de cet événement, on a d’abord déclenché le PC HC, et ensuite on demande aux communes de se mettre en position de plans communaux de sauvegarde pour pouvoir gérer les interventions sur leurs communes », ajoute Colonel Stéphane Clerc directeur adjoint de la protection civile.
Dans ces situations, les sapeurs-pompiers, les policiers municipaux sont également mobilisés.

infos coronavirus