jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Au collège Henri Hiro, les métiers de la sécurité pour projet d’avenir

Publié le

Publié le 29/04/2018 à 14:34 - Mise à jour le 15/06/2019 à 2:46
Lecture 2 minutes

Comment agir en cas d’incendie au sein même d’un collège ? Comment venir en aide à d’éventuelles victimes ? L’exercice d’évacuation incendie est un cas concret.

Ce lundi, des élèves de 4ème du collège Henri Hiro de Faa’a, y ont participé. En formation pour devenir cadets de la sécurité civile, ils ont assisté les pompiers dans leur mission. Ils ont participé à l’évacuation des 23 classes de l’établissement soit 600 élèves. Marjolaine, élève de 4ème et future cadette de la sécurité civile, précise :

« Mon rôle c’était de voir si les classes étaient complètes. Je les ai dirigés vers leurs professeurs pour qu’ils ne les recherchent pas. Etre cadet, c’est mettre en sécurité les personnes. Mon but : être policière, je veux suivre les traces de mon père. C’est un bon moyen pour commencer. »

La formation de cadets de la sécurité civile est dispensée depuis la rentrée au collège Henri Hiro. Betina Tinorua, principale adjointe du collège, explique :

« Depuis la rentrée 2017, nous avons 24 élèves engagés dans le dispositif. Il a pour vocation de les sensibiliser et développer leur sens civique. »

Pour cet exercice, tout s’est bien passé. Cyril Martin, référent de la formation et professeur d’éducation physique et sportive se félicite de l’attitude des collégiens. Ils ont réussi à être efficace et à bien communiquer avec les pompiers de Faa’a. Il souligne :

« L’exercice s’est bien passé, les cadets ont suivi les consignes. Tout le monde a bien joué son rôle. »

Etre cadet de la sécurité civile, c’est aussi se projeter vers l’avenir. Le collège espère susciter des vocations grâce à ce dispositif. Prochaine étape pour ces cadets : la visite de la caserne des pompiers de Faa’a.
 

Rédaction web avec Thomas Chabrol et Naea Bennett 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV