mercredi 3 mars 2021
A VOIR

|

Takume et Raroia peuvent finalement voter

Publié le

Publié le 21/04/2017 à 9:21 - Mise à jour le 21/04/2017 à 9:21
Lecture < 1 min.

Dans la commune associée de Makemo, le torchon brule entre les tavana. Certains d’entre eux, emmenés par le conseiller municipal de Takume-Raroia, Bruno Faatoa, reprochent au tavana Felix Tokoragi de ne se préoccuper que de Makemo au détriment des autres îles de la commune associée. Après plusieurs mois de tension, ils ont voté le 24 mars dernier, à l’unanimité, la défusion de Makemo, Takume, Raroia , Taenga et Nihiru.

Reste que cette décision n’a pas apaisé les tensions pour autant…. Bruno Faatoa ne décolère pas. Il reproche aux conseillers municipaux d’avoir profité de son absence, lors du conseil du 17 février 2017, pour retirer la subvention de quatre millions de francs qui avait été accordée à Takume, pour la construction d’une centrale électrique

Le 6 avril dernier, en représailles, il menaçait de fermer  les mairies de Raroia, Takume, Nihiru et Taenga, le jour de l’élection présidentielle, privant ainsi quelques 500 habitants du droit de s’exprimer démocratiquement.

Cette menace n’a finalement pas été mise à exécution.  «  On ne peut pas suivre Bruno, on a reçu des directives de la part de l’Etat » indique la mairesse de Takume-Raroia, Ana Flores. Elle précise : « Ce sont des histoires qui concernent Bruno et Felix, il ne faut pas mettre la population dedans. C’est notre droit de voter pour un président. »
 

Rédaction web

infos coronavirus