samedi 24 août 2019
A VOIR

|

Nucléaire : Edouard Fritch justifie sa politique

Publié le

Publié le 17/04/2018 à 16:52 - Mise à jour le 15/06/2019 à 3:02
Lecture 3 minutes

Edouard Fritch a adressé une lettre de neuf pages en réponse à l’association 193 qui a demandé, en début de mois, aux candidats aux élections territoriales « d’oser » se positionner sur la question du nucléaire.

 Avant le président du Pays, Oscar Temaru, Marcel Tuihani et Tauhiti Nena avaient adressé leur réponse. A la différence de ces derniers, le Tapura a envoyé sa réponse de manière directe aux rédactions. Pour les trois premiers, c’est l’association 193 qui les a transmises aux médias.

Dans ce courrier, Edouard Fritch revient sur la genèse des essais et sur leur importance pour un pays comme la France.

S’il reconnaît sa naïveté d’avoir cru aux discours d’une « bombe propre », le chef de file du Tapura se défend d’avoir été complice. Il explique :

« Il est vain de vouloir aujourd’hui rechercher une complicité, ne serait-ce que d’un seul d’entre nous. Doit-on rappeler, de plus, que parmi tous ceux qui se présentent aux élections territoriales de 2018, pas un n’était un adulte dans les années cinquante ? J’étais moi-même un enfant. Plusieurs d’entre les candidats actuels n’étaient pas même nés. »

SUIVI DES ESSAIS ET ETUDE…

A moins d’une semaine du premier tour du scrutin, la tête de liste du Tapura huira’atira justifie sa politique en matière de nucléaire. Il rappelle ses faits d’armes : la réactivation du conseil d’orientation et de la délégation pour le suivi des conséquences des essais nucléaires, le rappel de Bruno Barrillot pour travailler sur la question, la négociation de l’accord de l’Elysée « dont la pierre angulaire est la reconnaissance du fait nucléaire » ou encore la demande d’une étude sur les maladies transgénérationnelles.

Edouard Fritch explique qu’une experte japonaise, le docteur Katsumi Furitsu, a été mandatée pour la mener et des budgets ont été alloués à cet effet en 2017. Mais suite à la « polémique entretenue par une pédopsychiatre clinicien (et non pas chercheur) », Edouard Fritch indique que l’experte s’est retirée.

REFONTE DE LA LOI MORIN

En ce qui concerne l’indemnisation des victimes et sa position sur la loi Morin, le président du Tapura huira’atira estime, comme l’association, qu’une refonte totale de la loi est nécessaire. Il souligne :

« Ce combat de fond, je suis prêt à le mener avec l’appui de tous nos parlementaires et la confiance que vous me témoignerez à l’occasion des prochaines élections territoriales. »

Le président du Pays rappelle tout de même que c’est aux Polynésiens de constituer un dossier en vue d’une indemnisation. Edouard Fritch regrette que peu de personnes concernées fassent la démarche.

« Le sens de la dignité et de la pudeur qui caractérise nos concitoyens et font leur noblesse sont ici des traits de caractère qui les pénalisent. Les moyens que nous nous efforçons de déployer pour aller au plus près d’eux et pour les accompagner dans leurs démarches resteront vains pour l’essentiel. »

Edouard Fritch martèle qu’il souhaite un système d’indemnisation juste et respectueux.
Pour lui, aujourd’hui, des progrès ont été faits. La parole s’est libérée. Il ajoute que c’est à suite à ses « demandes répétées » que le projet de centre de mémoire est de nouveau sur les rails.  

A la fin de sa lette, Edouard Fritch précise qu’il continuera de travailler sur la question du nucléaire, réélu ou non.

« […] je poursuivrai, avec ardeur, toutes les actions engagées ces dernières années pour une pleine et entière prise en compte du fait nucléaire. J’ajoute que si je n’accédais pas à ce mandat, mon engagement resterait tout aussi total sur cet enjeu, aux côtés de tous ceux qui auront la charge de conduire les affaires du Pays, s’ils le veulent bien. […] »

Grande absente de cette lettre : la question du référendum que souhaite organiser l’association 193. Edouard Fritch ne l’évoque pas.
 

Rédaction web

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Super Aito : Steeve Teihotaata compte bien conserver son...

Ce samedi sur Tahiti Nui Télévision, vous pourrez suivre en direct le Super aito 2019. Plus de 160 rameurs sont attendus pour la "course V1" de l’année. Parmi eux, le champion en titre Steeve Teihotaata :

Comment lutter contre les “fake news” ?

Si les fausses informations circulaient déjà bien avant l’avènement des réseaux sociaux, depuis leur arrivée, on ne compte plus le nombre d’intox. Véritable fléau, les "fake news" font hélas partie du quotidien des internautes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV