dimanche 17 janvier 2021
A VOIR

|

Le nucléaire se politise à l’assemblée de la Polynésie

Publié le

Publié le 05/06/2019 à 15:40 - Mise à jour le 05/06/2019 à 15:40
Lecture 3 minutes

Un peu moins de deux ans après que la notion de « risque négligeable » ait été supprimée de la loi Morin, ouvrant la voie possible de réparations financières pour des victimes du nucléaire en Polynésie, l’amendement de la sénatrice Lana Tetuanui de novembre 2018 bloquerait toute demande d’indemnisation, selon le Tavini huira’atira. « Cet amendement scélérat (…) empêche désormais l’indemnisation des victimes, dès lors que le CIVEN (Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires) a établi que la dose annuelle de rayonnement ionisant reçue est inférieure à 1 millisievert » a déclaré Eliane Tevahitua, représentante du Tavini huira’atira, à l’Assemblée.

En effet, avec cet amendement, le seuil minimal de 1 millisievert par an est nécessaire pour pouvoir ouvrir une procédure. Le millisievert est l’unité de mesure qui permet de connaître l’impact des radiations. Ce critère braque les associations de victimes des essais nucléaires et l’opposition. « C’est le seuil que trouve en Polynésie l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) depuis 1974, comme par hasard. Et cette dose de 1 millisievert est tout simplement inconcevable. C’est la dose estimée pour la France. Mais la France n’a pas reçu 193 essais nucléaires comme nous » nous explique Eliane Tevahitua.

Pointé du doigt, le gouvernement représenté par son porte-parole se défend : « vous ne faites absolument pas avancer la cause de ceux que vous prétendez défendre, les victimes des essais nucléaires. Ce n’est pas en injuriant le président de la Polynésie française que ces victimes obtiendront gain de cause » a déclaré Jean-Christophe Bouissou.

Il a également rappelé que le député Moetai Brotherson, membre de l’opposition est co-auteur du rapport de la commission EROM, remis au Premier ministre. Il n’a émis aucune réserve sur les recommandations de la commission, selon le gouvernement. « Qu’ils se regardent déjà, et qu’ils questionnent déjà leur propre élu, Moetai Bortherson, au sein de leur groupe, parce qu’en fait ces critiques portent aussi sur son attitude » nous dit Bouissou.

Avec un seuil désormais fixé par la Loi, le sujet des indemnisations des victimes divise toujours autant la majorité et l’opposition. Se pose maintenant la question de savoir si une nouvelle modification de la loi Morin est possible à l’avenir ou non.

Mardi, le tribunal administratif confirmait le rejet de 10 demandes d’indemnisation. L’association 193 a par ailleurs réagi dans un communiqué : « le président Fritch et la sénatrice Lana Tetuanui n’ont cessé de défendre l’idée que l’amendement inséré dans la loi Morin le 28 décembre 2018, connu sous le nom de Lana Tetuanui, allait aider les Polynésiens victimes du nucléaire. Or, la décision du tribunal administratif en ce mardi 4 juin 2019 confirme bien que c’est le contraire qui est en train de se passer et que les propos tenus par les deux défenseurs polynésiens des essais propres ne sont, encore une fois, que des mensonges à la population polynésienne ».
 

Rédaction web avec Thomas Chabrol
 

infos coronavirus