vendredi 4 décembre 2020
A VOIR

|

La « grand-mère dealeuse » veut sortir de prison

Publié le

La sexagénaire condamnée le 21 janvier dernier à six mois de prison ferme, avec mandat de dépôt à Nuutania, pour avoir cultivé près de 150 plants de cannabis à son domicile, destinés à la revente, a comparu en appel, ce jeudi matin. Son avocat a demandé qu’elle puisse sortir de prison en étant placée sous bracelet électronique.

Publié le 20/02/2020 à 16:21 - Mise à jour le 20/02/2020 à 16:22
Lecture < 1 min.

La sexagénaire condamnée le 21 janvier dernier à six mois de prison ferme, avec mandat de dépôt à Nuutania, pour avoir cultivé près de 150 plants de cannabis à son domicile, destinés à la revente, a comparu en appel, ce jeudi matin. Son avocat a demandé qu’elle puisse sortir de prison en étant placée sous bracelet électronique.

Si son avocat estime que la peine prononcée en première instance, soit 24 mois de prison dont 6 ferme, n’est pas disportionnée, il considère en revanche que le mandat de dépôt, lui, l’est.

« Habituellement quand des prévenus sont condamnés à des peines inférieures à un ou deux ans de prison, il est possible d’aménager cette peine, notamment avec un bracelet électronique. (…) Le mandat de dépôt nous semble disproportionné », a indiqué Me Christophe Rousseau-Wiart en marge de l’audience.

L’avocat souligne en outre que « c’est la seule détenue » à l’heure actuelle à Nuutania qui approche les 70 ans.

L’avocat général a quant à lui requis la confirmation de la peine prononcée par le tribunal correctionnel, sans évoquer toutefois le mandat de dépôt.

La cour d’appel rendra sa décision le 12 mars. D’ici là, « Mamie Paka » restera derrière les barreaux.

En octobre 2019, près de 150 plants de paka, destinés à la vente ou au troc, avaient été découverts à son domicile. Un complément de revenus selon elle, en plus de son minimum vieillesse. Cette ancienne restauratrice avait déjà été condamnée en 2015 pour trafic de cannabis.

infos coronavirus

Covid-19 : le service de réanimation du CHPF soutenu par la réserve sanitaire

Depuis le début de la crise, des réservistes sanitaires de métropole effectuent des missions pour renforcer et soulager les équipes de soignants. 12 d’entre eux, spécialisés en réanimation sont arrivés sur le territoire jeudi dernier. Ils travaillent 24 heures sur 24 heure aux côtés des équipes du CHPF. Une mission sur la base du volontariat.