jeudi 24 juin 2021
A VOIR

|

L’homme arrêté avec un revolver et 6 millions en liquide, condamné à 2 ans ferme.

Publié le

Publié le 13/08/2017 à 16:21 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:19
Lecture 2 minutes

C’est presque un soulagement pour ses proches et son avocate, le prévenu a été condamné à 2 ans de prison ferme alors que le procureur de la République en avait requis quatre. Hervé Leroy avait également fait valoir la récidive légale. En effet le prévenu avait déjà été condamné à quatre reprises, dont une pour trafic de stupéfiants.

Lors de son interpellation le 17 juillet dernier il avait expliqué aux enquêteurs qu’une partie de la somme qu’il avait sur lui provenait du trafic de stupéfiants pour lequel il avait déjà été condamné. Le reste étant de l’argent qu’il avait gagné légalement.
 
En effet en décembre 2016 il avait bénéficié d’une libération conditionnelle et avait entamé des démarches pour, selon ses propos, “se mettre en règle avec son passé”. Mais son passé l’a rattrapé. Il était harcelé par des trafiquants de drogues et a même été victime d’une violente agression qui lui a valu 15 jours d’ITT.

Un incident qui l’a fait replonger dans la drogue, selon son avocat. Il s’est remis à consommer de l’Ice et c’est alors qu’il a eu l’idée de se procurer une arme à feu : un revolver Colt 41 et des cartouches de calibre 38 spécial. Résident à Moorea il s’était rendu à Papeete pour récupérer de l’argent qu’il avait dissimulé chez un proche. Et c’est en rentrant sur Moorea qu’il s’est fait arrêter par les agents de la DSP lors d’un contrôle routier.
 
Le procureur de la République a soulevé plusieurs zones d’ombre dans le dossier comme le contenu exact du sac à dos lors de l’interpellation du prévenu. Les sommes d’argent étaient rangées dans neuf sachets en plastique scellés, soit 6 millions et 5 550 dollars US. Et il y avait également plusieurs petits sachets vides et une balance de précision.

Le prévenu a précisé que la balance servait à vérifier si la drogue qu’il achetait pour sa consommation personnelle, correspondait bien à ce que le vendeur lui disait. En somme pour éviter de se faire arnaquer.
 
Le juge l’a finalement condamné à 2 ans de prison ferme et a demandé à ce que les sommes perçues légalement lui soit restituées soit un peu plus de 2 millions de francs.
 

Sam Teinaore

infos coronavirus