vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Vidéo – Manohiva grand gagnant du Hura Tapairu : « C’est une double satisfaction »

Publié le

Publié le 02/12/2018 à 12:51 - Mise à jour le 02/12/2018 à 12:51
Lecture 2 minutes

Vous aviez l’air ému de voir les images du concours…
« Très ému et très fier de la troupe. C’est une double satisfaction cette année, d’abord de bien terminer, mais aussi de remporter le trophée et de le rapporter définitivement au sein de la troupe. »
 
C’était une surprise ou est-ce que vous vous attendiez à ce résultat ?
« C’était le combat tous les soirs, donc c’était une très grande surprise parce qu’il y avait face à nous de sérieux groupes qui n’ont pas démérité et qui ont aussi tout donné pour la finale. »
 
Ça a été un gros succès pour votre troupe, vous avez gagné le premier prix en Hura Tapairu, mais vous avez aussi remporté le 1er prix en ‘aparima, le 2e prix en Mehura, le 2e prix en ‘ote’a et le 2e prix en Pahu nui. Ça a dû être un travail phénoménal pour préparer ce concours ?
« Phénoménal, un gros travail d’équipe, déjà avec les chorégraphes, Poerava et Francky, qui ont fourni un travail exemplaire en peu de temps. Grâce aussi au compositeur, Nohorai Temaiana, et à l’auteur du thème, Yann Paa, qui ont su vite rebondir pour vite fournir les éléments aux chorégraphes afin qu’ils créent un spectacle qui a pu être transmis au public et qui est sorti vainqueur de ce Hura Tapairu 2018. »
 
Et tout le monde a mis la main à la pâte ?
« Tout à fait, même la famille, des personnes extérieures, qu’on remercie énormément. Le bureau de Manohiva, ce groupe d’amis à la base qui, au fil des années, s’agrandit. D’ailleurs, cette année, on a fait de merveilleuses rencontres qui vont forcément perdurées dans le temps, parce qu’on se rend compte qu’on est arrivés à quelque chose. »
 
Le thème est essentiel dans un spectacle. Vous avez choisi de raconter la vallée de Nahoata, pourquoi ? Que vouliez-vous faire passer à travers ce thème ?
« Le message que nous voulions faire passer à travers ce thème, c’était un retour aux sources. Autrefois, nos ancêtres invitaient la jeune génération qui était perdue, qui cherchait son identité, à regarder la montagne pour y retourner, parce qu’il y a des choses qui se sont perdues comme la course à flanc de coteau, la chasse au sanglier traditionnelle ; et donc à travers le spectacle, on retrouve tous ces éléments d’antan et à la fin, le message est d’inviter la population à revenir aux sources dans la vallée pour retrouver son identité culturelle. »
 
C’est un thème auquel les danseurs se sont identifiés ?
« Tout à fait. Ils se sont identifiés, ils ont bien représenté, ils ont pu transmettre le message. Et par derrière ça, il y a aussi un message de protection de la faune et de la flore de nos vallées qui est très important et on est heureux d’avoir pu transmettre ça. »
 
On le dit souvent, le Hura Tapairu a été créé pour représenter une sorte de tremplin vers le Heiva i Tahiti. Vous verra-t-on sur les planches de To’ata prochainement ?
« C’est en pourparlers. On attend le feu vert de la chorégraphe et chef de troupe, Poerava Taea. Elle est sollicitée pour participer au Heiva, mais il y a toute une préparation financière, technique aussi à mettre en place. Mais elle sait qu’elle peut toujours compter sur les membres du bureau, qu’on sera toujours là pour la soutenir, parce qu’on croit en elle et en ses compétences. D’ailleurs, cette troisième victoire et le trophée qu’on ramène définitivement confortent ses compétences artistiques. »
 

Rédaction web avec Tamara Sentis

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La légende du lion, le retour du roi à...

Plus d'une heure de spectacle dans lequel une dizaine d'artistes danseurs, chanteurs, comédiens, donnent vie à des chansons originales et inédites, vêtus de costumes fabriqués dans la pure tradition africaine : La comédie musicale La légende du lion, le retour du roi sera jouée à Tahiti en octobre.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV