lundi 21 octobre 2019
A VOIR

|

Vidéo – Irie locals présentera son premier album vendredi

Publié le

Publié le 04/10/2017 à 12:53 - Mise à jour le 04/10/2017 à 12:53
Lecture 2 minutes

Jimbo et Birdking. Deux enfants du pays, nés dans les années 90. Après 5 années d’aventures humaines et musicales, ils sortent enfin leur 1er album intitulé du nom du groupe, les Irie Locals. 
“Irie locals ça veut dire les va nus pieds. Irie ça vient du patois jamaïcain. On puise pas mal notre inspiration dans la musique jamaïcaine. Ça veut dire être quelqu’un de “roots”, avoir du respect pour soi, pour les autres, pour la nature, être quelqu’un de droit. Et “locals”, c’est ce qu’on est”, explique Jimbo. 

C’est en revenant de ses études en Nouvelle-Zélande que Jimbo propose à Birdking de monter un groupe. Les deux jeunes travaillent dur pour réussir. L’un compose et interprète, l’autre donne une touche énergisante et un style local. Le tout forme une musique au style raggamuffin, issue du mouvement dance hall, reggae. “Peut-être qu’on est éloignés de tous les pays mais on reçoit pas mal de nouveautés d’Europe pour la musique électronique, du Pacifique pour le reggae. On a toutes ces influences. On a essayé de remettre un condensé de tout ce qui a fait notre jeunesse dans nos compositions.” 

Les Irie Locals se sont fait connaitre notamment avec le titre Stand High, sortie en février 2015 avec toujours le même message destiné à une génération d’îliens qui se sent parfois dépossédé de son propre avenir. “Le message qu’on voudrait faire passer c’est un peu de ne pas vouloir copier l’étranger parce qu’on voit beaucoup d’engouement de la jeunesse pour l’american style. On a de la chance d’être en Polynésie, dans le Pacifique. La mode tropicale qu’il y a ailleurs, c’est nous. Il faut être fiers de qui on est et savoir faire évoluer notre culture.”

Depuis peu, Dj T-Unit, bien connu de la scène locale, a rejoint le groupe. Il donne le tempo et aide les deux artistes à se professionnaliser. Les Irie Locals rendrons hommage à la jeunesse polynésienne vendredi soir au Hélios. 

Rédaction web avec Sophie Guébel

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au...

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X