vendredi 5 juin 2020
A VOIR

|

Vidéo – Irie locals présentera son premier album vendredi

Publié le

Publié le 04/10/2017 à 12:53 - Mise à jour le 04/10/2017 à 12:53
Lecture 2 minutes

Jimbo et Birdking. Deux enfants du pays, nés dans les années 90. Après 5 années d’aventures humaines et musicales, ils sortent enfin leur 1er album intitulé du nom du groupe, les Irie Locals. 
« Irie locals ça veut dire les va nus pieds. Irie ça vient du patois jamaïcain. On puise pas mal notre inspiration dans la musique jamaïcaine. Ça veut dire être quelqu’un de « roots », avoir du respect pour soi, pour les autres, pour la nature, être quelqu’un de droit. Et « locals », c’est ce qu’on est », explique Jimbo. 

C’est en revenant de ses études en Nouvelle-Zélande que Jimbo propose à Birdking de monter un groupe. Les deux jeunes travaillent dur pour réussir. L’un compose et interprète, l’autre donne une touche énergisante et un style local. Le tout forme une musique au style raggamuffin, issue du mouvement dance hall, reggae. « Peut-être qu’on est éloignés de tous les pays mais on reçoit pas mal de nouveautés d’Europe pour la musique électronique, du Pacifique pour le reggae. On a toutes ces influences. On a essayé de remettre un condensé de tout ce qui a fait notre jeunesse dans nos compositions. » 

Les Irie Locals se sont fait connaitre notamment avec le titre Stand High, sortie en février 2015 avec toujours le même message destiné à une génération d’îliens qui se sent parfois dépossédé de son propre avenir. « Le message qu’on voudrait faire passer c’est un peu de ne pas vouloir copier l’étranger parce qu’on voit beaucoup d’engouement de la jeunesse pour l’american style. On a de la chance d’être en Polynésie, dans le Pacifique. La mode tropicale qu’il y a ailleurs, c’est nous. Il faut être fiers de qui on est et savoir faire évoluer notre culture. »

Depuis peu, Dj T-Unit, bien connu de la scène locale, a rejoint le groupe. Il donne le tempo et aide les deux artistes à se professionnaliser. Les Irie Locals rendrons hommage à la jeunesse polynésienne vendredi soir au Hélios. 

Rédaction web avec Sophie Guébel

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

De plus en plus de femmes recrutées pour des...

La féminisation des agents recrutés sur postes budgétaires est une constante observée depuis 10 ans, peut-on lire dans le rapport du Président de la Polynésie française à l’Assemblée de la Polynésie française, qui consacre chaque année une partie dédiée au bilan social des services administratifs et des établissements publics à caractère administratif (EPA).

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV