dimanche 15 mai 2022
A VOIR

|

Turbulences : la vague de Teahupo’o dans l’œil de Ben Thouard

Publié le

Il a fait de la vague de Teahupo'o son terrain de jeu favori, pour des images fascinantes. Le photographe Ben Thouard présente son nouvel ouvrage intitulé Turbulences. Une série de clichés inédits capturés au cœur de la déferlante. Ce livre est le fruit de 4 années passées dans la vague pour en déceler toutes ses turbulences , entre air et eau.

Publié le 26/01/2022 à 16:20 - Mise à jour le 27/01/2022 à 14:03
Lecture 3 minutes

Il a fait de la vague de Teahupo'o son terrain de jeu favori, pour des images fascinantes. Le photographe Ben Thouard présente son nouvel ouvrage intitulé Turbulences. Une série de clichés inédits capturés au cœur de la déferlante. Ce livre est le fruit de 4 années passées dans la vague pour en déceler toutes ses turbulences , entre air et eau.

Il plonge chaque jour, en face de chez lui, sous la vague de Teahupo’o : le photographe Ben Thouard est fasciné par les turbulences de la vague qui déferle sur le récif. Quatre ans après son premier ouvrage Surface et toujours en quête d’une image parfaite, Ben Thouard parvient à rendre visible ce que l’œil n’a pas le temps de voir. Résultat, des clichés inédits pour déceler la texture de l’eau mélangée aux bulles d’air.

Dans turbulences, ce deuxième livre, ce n’était évidemment pas de proposer Surface 2, mais d’apporter quelque chose de nouveau. J’ai voulu dans ce livre là apporter quelque chose de bien plus personnel, de plus artistique et de plus poussé dans la recherche sur cet élément eau. Donc il y a eu tout un travail sur la texture, sur le mouvement et sur l’élément eau qui est complètement différent que dans Surface. (…)

Depuis que j’ai mis la tête sous l’eau à Teahupoo, je n’arrive pas à m’en défaire. Ça me fascine toujours autant et même de plus en plus chaque jour. Et donc ce livre là c’est un peu mes émotions mes sentiments lorsque je suis sous l’eau à Teahupoo. Je dévoile un peu ce qui me fascine. L’élément eau, ces turbulences, tous ces mouvements, cette puissance qu’il y a sous cette vague de Teahupo’o, un surfeur qui passe toujours par là parce que c’est Teahupo’o et tout ça. Donc tout est réuni dans ce livre. C’est un peu l’envers du décors.”

Turbulences, c’est un stock de 300 000 photos au départ, pour en retenir au final 75. Des images surprenantes qui révèlent toute la puissance de l’océan. S’il maîtrise parfaitement les techniques photographiques, Ben Thouard a appris au fil des années à se positionner sur le spot et comprendre tout le mécanisme de la vague jusqu’à l’impact. “Mon travail ce sont des photos aquatiques donc je suis vraiment immergé dans l’élément, au coeur de ces turbulences et de cette puissance. Donc il a fallu petit à petit se rapprocher de ces turbulences et de cet impact. Ça s’est fait petit à petit effectivement. Ça fait 13 ans que je suis ici à Teahupoo à faire des photos. on prend ses repères, on sait à quel endroit on peut aller, à quel endroit on ne peut pas aller. Ça a été 4 ans un peu à jouer avec le feu et à se faufiler entre ces turbulences. (…)

C’est à la fois une recherche de perfection technique, d’avoir une image qui soit parfaite, parfaitement exposée, qu’il y est le point, que ce ne soit pas recadré, que ce soit vraiment impeccable, et une recherche d’émotion dans ces images. Donc il faut que tout soit réuni. Et quand on veut que tout soit parfait, forcément on est obligés de shooter énormément d’images afin d’avoir le résultat souhaité. (…)

Il y a des jours où je vais à l’eau pour une heure, il y a des jours où je vais à l’eau et je ne sors pas pendant 8 heures. Il y a des jours où on shoote 50 photos, des jours où on en shoote 4000. C’est très varié. C’est beaucoup de patience et d’acharnement même je dirais pour arriver à ce résultat.”

Toujours en lien avec le monde du surf, Ben Thouard cherche à chaque plongeon à faire corps avec les éléments. Dans sa quête de la vague et de l’image parfaite, le photographe parvient à saisir la lumière sur un swell des plus dangereux.

Article précédentTatou : CCISM
Article suivantMana Culture : galeries de Papeete

infos coronavirus