samedi 26 septembre 2020
A VOIR

|

Plus de 600 élèves du conservatoire ravivent le « ori rauti toa » à To’ata

Publié le

Les élèves du conservatoire artistique de Polynésie se sont produits samedi sur la scène de To’ata. Chaque année cet événement clôt les 6 premiers mois de travail de la section des arts traditionnels. La nouveauté cette année a été la réintroduction d’une danse bannie il y a 200 ans par la royauté sous l’impulsion des missionnaires. Cette danse s’appelait "Ori Rauti Tamai"

Publié le 15/12/2019 à 16:50 - Mise à jour le 18/12/2019 à 9:44
Lecture < 1 min.

Les élèves du conservatoire artistique de Polynésie se sont produits samedi sur la scène de To’ata. Chaque année cet événement clôt les 6 premiers mois de travail de la section des arts traditionnels. La nouveauté cette année a été la réintroduction d’une danse bannie il y a 200 ans par la royauté sous l’impulsion des missionnaires. Cette danse s’appelait "Ori Rauti Tamai"

A la manière du haka maori, le « ori rauti tamai » précédait un combat ou une bataille. Une danse à bannie à Tahiti il y a 200 ans. « Le Code Pomare au mois de mai 1819, avait formellement interdit, sous peine d’exil, la pratique de gestuelle pouvant amener au combat, à la rébellion », rappelle John Mairai.

Cette danse a été rebaptisée « Ori Rauti Toa » (danse pour mener les champions, NDLR) pour lui donner un esprit se rapprochant plus de la compétition sportive, à la manière du Haka des Tiki Toa.

Il ne s’agit là que d’une amorce qui devrait déboucher dans les années à venir à une forme de réappropriation de cette danse longtemps oubliée. Ce sera en tout cas un des objectifs du conservatoire artistique de Polynésie : « le plus important pour moi c’est notre langue. C’est important que nos enfants se la réapproprie (…) qu’ils comprennent qu’il y a un sens à leurs chants, leurs danses », explique le directeur de l’établissement, Fabien Dinard.

REPORTAGESam Teinaore

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Australie : hécatombe de « dauphins-pilotes » coincés dans une baie

Au moins 380 globicéphales ont péri après avoir été piégés sur des bancs de sable d'une baie de Tasmanie, dans le sud de l'Australie, ont annoncé mercredi les autorités. Il s'agit d'un des échouages de cétacés les plus massifs de l'histoire australienne.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV