dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

Plus de 600 élèves du conservatoire ravivent le « ori rauti toa » à To’ata

Publié le

Les élèves du conservatoire artistique de Polynésie se sont produits samedi sur la scène de To’ata. Chaque année cet événement clôt les 6 premiers mois de travail de la section des arts traditionnels. La nouveauté cette année a été la réintroduction d’une danse bannie il y a 200 ans par la royauté sous l’impulsion des missionnaires. Cette danse s’appelait "Ori Rauti Tamai"

Publié le 15/12/2019 à 16:50 - Mise à jour le 18/12/2019 à 9:44
Lecture < 1 min.

Les élèves du conservatoire artistique de Polynésie se sont produits samedi sur la scène de To’ata. Chaque année cet événement clôt les 6 premiers mois de travail de la section des arts traditionnels. La nouveauté cette année a été la réintroduction d’une danse bannie il y a 200 ans par la royauté sous l’impulsion des missionnaires. Cette danse s’appelait "Ori Rauti Tamai"

A la manière du haka maori, le « ori rauti tamai » précédait un combat ou une bataille. Une danse à bannie à Tahiti il y a 200 ans. « Le Code Pomare au mois de mai 1819, avait formellement interdit, sous peine d’exil, la pratique de gestuelle pouvant amener au combat, à la rébellion », rappelle John Mairai.

Cette danse a été rebaptisée « Ori Rauti Toa » (danse pour mener les champions, NDLR) pour lui donner un esprit se rapprochant plus de la compétition sportive, à la manière du Haka des Tiki Toa.

Il ne s’agit là que d’une amorce qui devrait déboucher dans les années à venir à une forme de réappropriation de cette danse longtemps oubliée. Ce sera en tout cas un des objectifs du conservatoire artistique de Polynésie : « le plus important pour moi c’est notre langue. C’est important que nos enfants se la réapproprie (…) qu’ils comprennent qu’il y a un sens à leurs chants, leurs danses », explique le directeur de l’établissement, Fabien Dinard.

REPORTAGESam Teinaore

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Navire en détresse aux Marquises : le droit à l’assistance médicale...

Le bateau de pêche battant pavillon équatorien avec à son bord 3 cas suspects de Covid-19 est attendu mercredi matin, dans la baie de Haahopu à Nuku Hiva. La prise en charge de ses marins relève de l’aide médicale en mer, inscrite dans la convention internationale d’Hambourg. Le JRCC (Joint Rescue Coordination Centre) coordonne cette opération de sauvetage jusqu’à ce que l’équipage foule la terre ferme.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV