jeudi 13 mai 2021
A VOIR

|

Plus de 600 élèves du conservatoire ravivent le « ori rauti toa » à To’ata

Publié le

Les élèves du conservatoire artistique de Polynésie se sont produits samedi sur la scène de To’ata. Chaque année cet événement clôt les 6 premiers mois de travail de la section des arts traditionnels. La nouveauté cette année a été la réintroduction d’une danse bannie il y a 200 ans par la royauté sous l’impulsion des missionnaires. Cette danse s’appelait "Ori Rauti Tamai"

Publié le 15/12/2019 à 16:50 - Mise à jour le 18/12/2019 à 9:44
Lecture < 1 min.

Les élèves du conservatoire artistique de Polynésie se sont produits samedi sur la scène de To’ata. Chaque année cet événement clôt les 6 premiers mois de travail de la section des arts traditionnels. La nouveauté cette année a été la réintroduction d’une danse bannie il y a 200 ans par la royauté sous l’impulsion des missionnaires. Cette danse s’appelait "Ori Rauti Tamai"

A la manière du haka maori, le « ori rauti tamai » précédait un combat ou une bataille. Une danse à bannie à Tahiti il y a 200 ans. « Le Code Pomare au mois de mai 1819, avait formellement interdit, sous peine d’exil, la pratique de gestuelle pouvant amener au combat, à la rébellion », rappelle John Mairai.

Cette danse a été rebaptisée « Ori Rauti Toa » (danse pour mener les champions, NDLR) pour lui donner un esprit se rapprochant plus de la compétition sportive, à la manière du Haka des Tiki Toa.

Il ne s’agit là que d’une amorce qui devrait déboucher dans les années à venir à une forme de réappropriation de cette danse longtemps oubliée. Ce sera en tout cas un des objectifs du conservatoire artistique de Polynésie : « le plus important pour moi c’est notre langue. C’est important que nos enfants se la réapproprie (…) qu’ils comprennent qu’il y a un sens à leurs chants, leurs danses », explique le directeur de l’établissement, Fabien Dinard.

infos coronavirus