fbpx
lundi 18 novembre 2019
A VOIR

|

Le ahi ma’a, un savoir-faire en perdition

Publié le

Suite à un travail de terrain, à Raiatea comme dans beaucoup d’îles, la cellule de prévention et de santé des îles Sous-le-Vent a constaté que plus des deux tiers de la population n’utilise plus, ou ne sait plus comment utiliser un ahi ma’a. Un savoir-faire en perdition, mais surtout des habitudes alimentaires totalement chamboulées.

Publié le 01/09/2019 à 13:11 - Mise à jour le 01/09/2019 à 13:11
Lecture 2 minutes

Suite à un travail de terrain, à Raiatea comme dans beaucoup d’îles, la cellule de prévention et de santé des îles Sous-le-Vent a constaté que plus des deux tiers de la population n’utilise plus, ou ne sait plus comment utiliser un ahi ma’a. Un savoir-faire en perdition, mais surtout des habitudes alimentaires totalement chamboulées.

Six heures du matin, les pierres du ahi ma’a chauffent déjà depuis quelques heures. C’est la première étape de la préparation du four traditionnel, qui consiste à cuire les aliments à l’étouffée. Un travail difficile. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles le ahi ma’a se pratique de moins en moins… 

Du côté de la cuisine, la famille s’affaire à préparer la nourriture. Du fafa, l’épinard local, est mélangé avec du poulet et du lait de coco, du poisson nature enveloppé dans des feuilles, du po’e banane fait à base de banane cuite écrasée et d’amidon, le tout est disposé dans des feuilles de bananiers, qui iront dans des paniers en ni’au. Tout le monde participe.

Ces recettes sont ensuite déposées dans le four, avant d’être recouvertes d’une épaisse couche de feuillage, de sacs à coprah et d’une couverture. Les aliments vont cuire dans leur jus pendant près de 3 heures. Cette méthode de cuisson permet de garder toutes leurs saveurs nutritives et gustatives des aliments.

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Amis, famille, tout le monde est là pour déguster ce qui a mis tant de temps à cuire et faire un bilan du travail accompli.

Pour Rosine, “c’est une vraie formation qu’on a eu aujourd’hui”. “On a appris pas mal de choses qu’on a oublié, aussi bien l’allumage du four que la mise en place de la nourriture.”

Pour Yann, “ça permet de manger autre chose que des repas chinois ou du fast food, ça renouvelle un peu nos traditions”.

Et parce que les maladies liées à l’alimentation sont de plus en plus fréquentes, la cellule de prévention et de santé des îles Sous-le-Vent encourage les habitants à maintenir la tradition du ahi ma’a, outils fédérateur et meilleur pour la santé.

REPORTAGERony Mou-Fat

Des séjours thérapeutiques pour jeunes en difficulté

Depuis trois ans, le nombre de délits commis par des mineurs au fenua est en baisse. Afin de lutter contre la récidive, les adolescents sont pris en charge par la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse. Celle-ci agit sur trois leviers : la famille, l’insertion et la santé. Sur ce dernier volet, trois séjours thérapeutiques ont été organisés cette année. Le dernier vient de se terminer à la Presqu’île.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Punaauia organise ses “Green Days” du 14 au 16...

Pour la 7ème année consécutive, la ville de Punaauia organise les Green Days, un événement qui regroupe des porteurs de projets, des chercheurs, des associations et des bénévoles venus proposer à la population des alternatives à nos habitudes de consommation.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X