samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Le 41e salon des Marquises est ouvert

Publié le

Publié le 13/11/2015 à 13:00 - Mise à jour le 13/11/2015 à 13:00
Lecture < 1 min.

Plus d’une centaine d’artisans des îles de FatuHiva, HivaOa, Tahuata, NukuHiva, Ua Pou et Ua Huka, ont fait le déplacement afin d’exposer leurs créations, qui sont le fruit de plusieurs mois de travail. Les visiteurs pourront admirer des sculptures en bois ou en pierre, tapa en écorce de uru (arbre à pain) ou encore des parures en os ou en graines. Des créations originales en pierres fleuries ou en pyrogravure seront également exposées lors de ce salon.

 

Les artisans feront partager leur culture à travers les démonstrations mises en place quotidiennement avec la réalisation d’objets sculptés, la fabrication et la teinture de tapa ainsi que la confection de colliers en graines ou encore le fameux kumuhei, également appelé « bouquet d’amour », en raison des senteurs aphrodisiaques qu’il dégage et qui parfume merveilleusement la chevelure des Marquisiennes.

 

Deux journées, reprenant les démonstrations faites au cours de la semaine, et consacrées à la préparation ainsi qu’à une dégustation de plats typiques des îles Marquises, se tiendront les samedis 21 et 28 novembre à partir de 10 heures. Des prestations de danses marquisiennes seront assurées par les groupes « Te Toa vii fenuaenana », « Takitoa », « Kaipeka » et « Aukara ». Les heures d’ouverture du salon au public sont de 8 à 19 heures.

 

(Communiqué de presse)

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.