jeudi 25 février 2021
A VOIR

|

Des danseurs internationaux à la rencontre de nos petits rats

Publié le

Publié le 14/03/2018 à 13:56 - Mise à jour le 14/03/2018 à 13:56
Lecture 2 minutes

« Vos pointes, les filles, vos pointes » s’égosille Annie Fayn, tandis que sa fille, Marion Fayn, pousse les danseuses à ne pas traîner en coulisses. C’est du détail, mais en danse classique, chaque détail compte. Et le spectacle approche : vendredi et samedi, environ 200 danseurs se produiront au grand théâtre. Surtout des danseuses, d’ailleurs, en classique, moderne, jazz, claquettes et danse contemporaine.

Mais aussi quelques garçons. Florian Teatiu proposera un solo tout en émotion. Et le binôme Ngaere Jenkins (une maori de Nouvelle-Zélande) et Sebastian Geilings, à la fois puissant et sensuel, sera un autre temps fort de la soirée. Ces deux danseurs sont des solistes de l’école nationale de danse de Nouvelle-Zélande. 

Et l’académie, toujours ouverte aux différentes formes de danse, va aussi proposer un duo de danse contemporaine (Florian Teatiu) et de ori Tahiti (Tuarii Tracqui), en ouverture du spectacle.
 

Les danseurs présenteront le ballet Coppélia, une belle histoire d’amour contrarié, dans la version chorégraphiée par le Kirov ballet. Autre binôme, classique cette fois : les Autraliens Jaydin Cumming et Vincent Fraola, venus à Tahiti accompagnés par leur professeure Turid Revfeim.

A ne pas manquer, à 19h30, les 16 et 17 mars, au grand théâtre de la Maison de la culture. Les billets sont en vente sur place ou sur le site Internet de la Maison de la culture (cliquez ICI). 
 

infos coronavirus