dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Le poisson cru de Dany Leverd fait un tabac à Bali

Publié le

Le poisson cru au lait de coco représente pour beaucoup le plat typique du fenua. Et il s’exporte plutôt bien. On le retrouve en métropole, aux Etats-Unis, et depuis quelques années en Indonésie, à Bali plus exactement. Là-bas, le poisson cru de Dany Leverd fait un tabac auprès des touristes.

Publié le 03/02/2020 à 15:18 - Mise à jour le 04/02/2020 à 9:23
Lecture 2 minutes

Le poisson cru au lait de coco représente pour beaucoup le plat typique du fenua. Et il s’exporte plutôt bien. On le retrouve en métropole, aux Etats-Unis, et depuis quelques années en Indonésie, à Bali plus exactement. Là-bas, le poisson cru de Dany Leverd fait un tabac auprès des touristes.

Dans une rue de Bali très fréquentée par les touristes, le Moana est connu pour servir du poisson cru au lait de coco, comme on le fait chez nous. Et il n’a rien à envier aux restaurants alentours, qui proposent de la cuisine thaïlandaise, italienne, indienne ou japonaise. Canggu est un nouveau quartier touristique qui attire une clientèle internationale.

« La majorité des gens du côté de Canggu, ce sont ce qu’on appelle des hipsters, indique Dany Leverd, le propriétaire du Moana. Ils sont à la recherche du yoga, ils sont plutôt végans et l’alternative poisson a bien pris sur Canggu. »

Le restaurant Moana à Canggu. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Bien que Bali soit située à plus de 10 000 km de Tahiti, Dany n’est pas trop dépaysé. Bien au contraire. Il a découvert cette île il y a 13 ans et au fil de ses voyages, il en est tombé amoureux. Il y a 3 ans, il a décidé d’y ouvrir son premier restaurant.

« A chaque fois que je revenais de la pêche, il y avait le petit thon, le petit mahi mahi. Donc avec les copains on commençait avec le poisson cru, se souvient-il. Après il y a eu cette opportunité de pouvoir monter un petit huarong pour pouvoir entre copains manger son poisson cru. Et petit à petit, ça a super bien pris. »

Dany Leverd. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La fraîcheur des ingrédients est primordiale pour satisfaire une clientèle de plus en plus exigeante. Dany commande son poisson auprès d’un ami mareyeur qui possède aussi ses propres thoniers.

A Bali, il n’est pas rare de croiser des touristes qui ont déjà visité Tahiti et goûté au poisson cru du fenua.

Du coup « la famille a beaucoup insisté à participer, à essayer de faire en sorte que la recette du poisson cru du Moana soit aussi bonne que celle de la Polynésie », sourit Dany.

Pas question donc d’utiliser des conserves. Le lait de coco est fait maison. Il est préparé deux fois par jour.

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Le Moana sert aussi d’autres plats à base de poisson, comme le sashimi, le tartare, le carpaccio, sans oublier le chaud froid de thon.

Face au succès de ce premier restaurant, Dany a dû ouvrir un deuxième Moana dans un autre quartier branché de Bali.

infos coronavirus

Malgré la Covid, forte affluence au marché de Papeete le dimanche

Alors que les bars, discothèques et salles de sport sont fermés et les animations commerciales en plein air interdites, le marché de Papeete, lui, était encore bondé ce dimanche. La direction a renforcé son dispositif afin de lutter contre la propagation du coronavirus, mais il reste difficile de faire respecter la distanciation sociale en raison de l'affluence...

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :