lundi 6 juillet 2020
A VOIR

|

Le Nobel de la paix à l’ICAN pour conjurer la menace nucléaire

Publié le

Publié le 05/10/2017 à 14:31 - Mise à jour le 05/10/2017 à 14:31
Lecture 3 minutes

Le comité Nobel norvégien a choisi de mettre la lutte contre ces armes de destruction massive à l’honneur au moment où le président américain menace de remettre en cause l’accord sur le nucléaire iranien et échange des propos belliqueux avec Kim Jong-Un sur le programme nucléaire nord-coréen.
« L’élection du président Donald Trump a mis beaucoup de gens très mal à l’aise, à l’idée qu’il peut, à lui seul, autoriser l’utilisation des armes nucléaires », a fait valoir la directrice de l’ICAN, Beatrice Fihn, déplorant que le nouvel occupant de la Maison Blanche « n’écoute pas » toujours les experts.

Soixante-douze ans après Hiroshima et Nagasaki, l’ICAN, coalition regroupant des centaines d’ONG, s’est vu attribuer la prestigieuse récompense pour avoir contribué à l’adoption cette année d’un traité historique d’interdiction de l’arme atomique.
« Nous vivons dans un monde où le risque que les armes nucléaires soient utilisées est plus élevé qu’il ne l’a été depuis longtemps », a souligné la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen, qui s’est inquiétée du risque de prolifération « comme le montre la Corée du Nord ».

Le 7 juillet à l’ONU, 122 pays ont adopté un traité qui pose pour la première fois le principe de l’interdiction de mettre au point, stocker ou menacer d’utiliser l’arme atomique.
Sa portée reste essentiellement symbolique car les puissances nucléaires ont toutes refusé d’y adhérer, de même que les pays de l’Otan. 
« Ce traité ne rendra pas le monde plus pacifique, n’aboutira pas à la destruction de la moindre arme nucléaire et ne renforcera la sécurité d’aucun Etat », a déclaré vendredi à l’AFP un porte-parole du département d’Etat, soulignant que les Etats-Unis ne le signeront pas.

Le Nobel de la paix est « un encouragement » aux pays non-signataires pour qu’ils oeuvrent aussi à débarrasser la planète des armes nucléaires, a souligné Mme Reiss-Andersen.
L’Alliance atlantique « partage cet objectif avec l’ICAN », a réagi son secrétaire général, Jens Stoltenberg, mais « regrette que les conditions pour aboutir à un désarmement nucléaire ne soient aujourd’hui pas favorables ». Le Kremlin a dit « respecter » le choix du comité Nobel.

Donald Trump doit certifier avant le 15 octobre auprès du Congrès que Téhéran respecte ses engagements pris dans le cadre de l’accord de 2015 qui impose de strictes restrictions au programme nucléaire iranien en échange d’une levée des sanctions. 
Selon des responsables américains interrogés par l’AFP, il doit annoncer « dans les prochains jours » son refus de le certifier, ouvrant la voie à une réintroduction de sanctions, ce qui pourrait faire dérailler l’accord.

« Nous ne taclons personne avec ce prix », a répondu Mme Reiss-Andersen, à la question de savoir si le Nobel visait le président Trump.
Le 4 octobre, Mme Fihn avait été moins diplomate, lorsqu’elle avait tweeté : « Donald Trump est un débile ». Un message qu’elle dit aujourd’hui regretter.
« C’est un moment de grandes tensions dans le monde, quand les déclarations enflammées pourraient tous nous conduire très facilement, inexorablement, vers une horreur sans nom », a-t-elle déclaré vendredi.

Les diplomates s’inquiètent des répercussions négatives d’une volte-face américaine sur le dossier iranien, alors que la communauté internationale espère encore faire revenir la Corée du Nord à la table des négociations pour lui faire renoncer à ses propres ambitions nucléaires.

Le sixième essai nucléaire nord-coréen le 3 septembre et des tirs de missiles ont donné lieu à des insultes, menaces et démonstrations de force entre Pyongyang et Washington. Donald Trump a menacé la Corée du Nord de « destruction totale » et qualifié les négociations de « perte de temps ».

Depuis sa création en 2007, l’ICAN fait valoir que le recours aux armes nucléaires aurait des conséquences catastrophiques, ce qui rend indispensable leur élimination.
« Maintenant plus que jamais nous avons besoin d’un monde sans armes nucléaires », a commenté le chef de l’ONU, Antonio Guterres.
Au Japon, des survivants des bombardements atomiques ont salué ce Nobel.  
« Ensemble et avec l’ICAN et bien d’autres gens, nous, les « Hibakusha » (terme japonais pour les victimes de la bombe atomique), continuerons à nous battre tant que nous vivrons pour un monde sans nucléaire », a déclaré à la télévision le nonagénaire Sunao Tsuboi, rescapé du bombardement d’Hiroshima.

Bien que la quantité d’ogives nucléaires ait fondu -d’environ 64.000 en 1986 à un peu plus de 9.000 en 2017, selon le Bulletin of the Atomic Scientists (BAS)-, le nombre des pays détenteurs a augmenté.
Ils sont aujourd’hui neuf à posséder de telles armes: États-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne, Chine, Inde, Pakistan, Corée du Nord et Israël. 

Le Nobel sera remis le 10 décembre à Oslo.

AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le colonel Boudier quitte la Polynésie après 3 ans...

La gendarmerie va bientôt changer de commandement. Le colonel Frédéric Boudier quitte le fenua après trois ans à la tête de la gendarmerie en Polynésie française.

Hitiaa o te ra : l’opposition veut saisir le...

Hitiaa o te ra change de couleur et devient rouge. Le conseil municipal s’est tenu ce vendredi matin, devant un public nombreux et dans une ambiance tendue : des militants oranges sont arrivés avant le conseil, avec leur drapeaux laissés à l’extérieur de l’enceinte de la mairie, afin de voir si le suffrage des sections de communes allait être respecté. 25 maires adjoints ont également été élus.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV