vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Grande-Bretagne : la reine a approuvé la loi demandant un report du Brexit

Publié le

La reine Elizabeth II a formellement approuvé la loi qui contraint le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson à solliciter un report du Brexit auprès de l'Union européenne, a indiqué lundi après-midi la Chambre des Lords.

Publié le 09/09/2019 à 11:29 - Mise à jour le 10/09/2019 à 9:34
Lecture 2 minutes

La reine Elizabeth II a formellement approuvé la loi qui contraint le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson à solliciter un report du Brexit auprès de l'Union européenne, a indiqué lundi après-midi la Chambre des Lords.

« La proposition de loi sur le retrait de l’UE a reçu l’assentiment royal », a annoncé la chambre haute britannique sur Twitter. L’approbation de la reine était la dernière étape nécessaire à l’entrée en vigueur de ce texte qui vise à empêcher un Brexit sans accord.

Que prévoit le texte de loi anti-« no deal » ?

Pour le Premier ministre britannique Boris Johnson, c’est une « loi de capitulation ». Mais pour ses promoteurs, il s’agit d’une mesure essentielle pour empêcher un désastre économique.
Voici les dispositions du texte de loi visant à bloquer un Brexit sans accord qui a été approuvé lundi après-midi par la reine Elizabeth II.

– Une échéance le 19 octobre –

Si le gouvernement ne parvient pas à un accord de divorce avec l’Union européenne d’ici au 19 octobre, le Premier ministre doit demander un report du Brexit jusqu’au 31 janvier 2020.

Cette échéance intervient après le sommet européen prévu pour les 17 et 18 octobre à Bruxelles – mais avant la date du 31 octobre fixée pour le Brexit. Ce report ne serait évité que si les députés votaient en faveur d’une sortie sans accord du Royaume-Uni avant le 19 octobre – une hypothèse hautement improbable. 

Boris Johnson a déclaré à maintes reprises qu’il ne demanderait en « aucune circonstance » un nouveau report du Brexit. 

Au final, la décision d’accorder ou non un délai supplémentaire devra être prise à l’unanimité des 27 autres Etats membres de l’Union européenne.

– Lettre au Conseil européen –

Le texte de loi comprend une copie de la lettre que le Premier ministre devrait écrire à Donald Tusk, le président du Conseil européen (qui représente les Etats-membres), pour officiellement solliciter un délai. Cette lettre précise que la date du Brexit pourrait être avancée si un accord était ratifié avant le 31 janvier 2020.

– Deux jours pour accepter un report – 

En vertu de cette loi, le Premier ministre devra immédiatement accepter une offre des dirigeants européens de reporter le Brexit jusqu’au 31 janvier 2020.

Si l’UE propose un report à une date différente, le Premier ministre aura deux jours pour l’accepter. 

– Un délai supplémentaire ? –

Si un report est accepté, le gouvernement devra publier d’ici au 30 novembre un rapport « explicitant les progrès accomplis dans les négociations sur les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ». 

Le gouvernement sera tenu de présenter un autre rapport spécifiant ses plans pour le Brexit d’ici au 10 janvier 2020.

S’il n’y a toujours pas d’accord d’ici au 31 janvier, le texte prévoit que la date du Brexit soit de nouveau repoussée.

Il oblige le gouvernement à faire un bilan au moins tous les 28 jours à compter du 7 février 2020, jusqu’à la conclusion d’un accord avec l’Union européenne ou jusqu’à résolution contraire de la Chambre des communes. 

Ce qui a fait dire à Boris Johnson que le Brexit pourrait être retardé « potentiellement pendant des années ».

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Witney, maquilleur et entrepreneur autodidacte

C’est une success-story que le confinement avait un peu occultée… Celle de Witney, maquilleur professionnel polynésien, qui a développé sa propre marque de rouges à lèvres.

26e Heiva des écoles : la seconde soirée en...

En tout bien tout honneur, c’est sur l’énergie des percussionnistes petits et grands envoyant des sons rythmés de leurs instruments traditionnels de...

Hitiaa o te ra : l’opposition veut saisir le...

Hitiaa o te ra change de couleur et devient rouge. Le conseil municipal s’est tenu ce vendredi matin, devant un public nombreux et dans une ambiance tendue : des militants oranges sont arrivés avant le conseil, avec leur drapeaux laissés à l’extérieur de l’enceinte de la mairie, afin de voir si le suffrage des sections de communes allait être respecté. 25 maires adjoints ont également été élus.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV