mardi 16 juillet 2019
A VOIR

|

Vidéo – Dans les coulisses des feux d’artifice de Papeete

Publié le

Publié le 25/12/2018 à 15:33 - Mise à jour le 25/12/2018 à 15:33
Lecture 3 minutes

Installés sur le front de mer ou sur les hauteurs de la ville, vous serez des milliers ce samedi 29 décembre à admirer le feu d’artifice lancé depuis la rade de Papeete où environ 500 “bombes” seront tirées. Le Pays a prévu d’offrir à la population un show spectaculaire. Un événement exceptionnel qui fascine petits et grands, mais qui est aussi un vrai défi pour les artificiers de Polynésie. Car pour produire un tel spectacle, il faut beaucoup de préparation et une sacré dose de prise de risque.

>>> Lire aussi : Pétards et feux d’artifice, pires ennemis des animaux

Tout commence le matin pour l’équipe d’artificiers qui est à pied d’œuvre sur la barge de laquelle seront tirés les feux : “C’est un gros travail en amont, de l’écriture jusqu’aux tirs du feu. C’est une grosse dizaine de jours de travail” explique Bastien Ponceblanc, artificier directeur d’Artifices Polynésie. Les explosifs sont placés dans des cylindres qui sont solidement harnachés. Chaque tube est ensuite placé à un endroit précis en fonction de la chorégraphie.

>> Une mise en place minutieuse

Les bombes arrivent par centaines dans un camion rempli de kilos de poudre explosive. Le spectacle compte plus de 450 bombes de différente intensité. “Une bombe de 250 millimètres, à son ouverture, elle couvre en superficie un terrain de football”  précise Jack Gueritaine, artificier.

Les équipes vérifient le matériel, et le revérifient encore. Rien ne doit être laissé au hasard : “Tous nos produits sont millimétrés par rapport à l’installation. On veut maîtriser de bout en bout le feu d’artifice pour être sûr du résultat”  nous dit Bastien Ponceblanc. La mise en place, minutieuse, se poursuit jusqu’à la tombée de la nuit.

Une heure avant le tir, tout est fin prêt : les bombes ont été recouvertes d’aluminium et de plastique, et les câbles ont été enfouis sous des mottes de sable pour limiter les risques d’incendie.

C’est à 20 heures que le remorqueur arrive pour une manœuvre délicate : il doit s’amarrer à la barge, tout en douceur. Un quart d’heure plus tard, la double embarcation prend le chemin du large. Une dernière vérification, puis les artificiers partent s’abriter à l’arrière du remorqueur, et c’est parti ! Le feu illumine la rade et les yeux des artificiers ainsi que ceux du public.

Mais contrairement à ces derniers, les artificiers n’ont pas le temps de profiter du spectacle car le danger est bien réel et il il faut tout contrôler. Après le bouquet final, l’urgence est à la sécurité. Certaines bombes ne se sont pas déclenchées et il faut vite les désamorcer pour éviter qu’elles n’explosent sur la barge.

Une fois la sécurité assurée, les sourires se lisent enfin sur les visages et c’est l’explosion de joie : “Notre première récompense, notre premier salaire, c’est quand les gens sont contents et qu’on les a fait rêver 10 minutes” déclare Jack Gueritaine.

Ce samedi 29 décembre, l’équipe d’Artifices Polynésie remettra ça, toujours dans la rade de Papeete, afin d’offrir à tous une fin d’année 2018 féerique…
 

Reportage de Tamara Sentis

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

La vidéo incroyable d’une saisie record de drogue sur...

Les gardes-côtes américains ont dévoilé la vidéo d'un coup de filet impressionnant. Le 18 juin dernier, selon CNN, ils ont saisi 18 tonnes de cocaïne et 420 kilos de marijuana sur un sous-marin qui naviguait dans le Pacifique. Une saisie qui voudrait près de 60 milliards de Fcfp.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X