vendredi 7 août 2020
A VOIR

|

La croisière a le vent en poupe

Publié le

Publié le 18/02/2019 à 16:17 - Mise à jour le 18/02/2019 à 16:17
Lecture 2 minutes

La croisière en Polynésie ne s’est jamais aussi bien portée. Dans un point de situation ce mardi, la ministre du Tourisme Nicole Bouteau a fourni quelques chiffres étayant le fait que ce secteur est en pleine croissance.
 
Depuis 2017, en nombre de passagers, le port de Papeete est désormais le 4e port de tête de ligne au niveau national (y compris outre-mer) et le 3e pour l’ensemble des destinations du Pacifique Sud. Et cette année, la Polynésie française va accueillir pas moins de 38 navires et 24 compagnies différents (contre 23 navires et 15 compagnies différents en 2010).
 
Par ailleurs, malgré la tendance internationale de proposer des navires de taille de plus en plus importante, la destination conserve depuis 10 ans une moyenne de passagers par escale en-deçà de 500 passagers, avec une très large majorité de navires parfaitement adaptés aux escales dans les îles de la Polynésie française.
 
 

Dans le domaine de la croisière, la Polynésie française est engagée dans une double stratégie : une stratégie locale de développement pour structurer, gérer et monter en puissance les capacités opérationnelles et réceptives des différentes escales, mais aussi une stratégie régionale, notamment au travers de la South Pacific Cruise Alliance, pour attirer davantage de navires et de compagnies dans le Pacifique Sud. 
 
Dans ce cadre, du 8 au 11 avril prochains, Tahiti sera présent pour la 11e année consécutive au Seatrade, à Miami, pour le plus important salon professionnel mondial de l’industrie de la croisière. Des représentants du ministère du Tourisme, de l’Équipement, du Port autonome de Papeete et de Tahiti Tourisme accompagneront les professionnels polynésiens du secteur qui composent le Tahiti Cruise Club.
 

Rédaction web avec Thomas Chabrol et communiqué

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Raromatai : le programme « Faito tano » pour...

Aux îles Sous-le-Vent comme partout en Polynésie, le surpoids est un problème récurrent. Et c’est pour tenter d’enrailler ce fléau, qu’à Raiatea,...

45 surfeuses en lice pour la Reef Vahine Cup

Tehinahoohu Tupea-David, membre du comité organisateur de la Reef Vahine Cup, nous parle de cette première compétition de surf organisée depuis la levée du confinement. A partir de ce vendredi, et jusqu'à dimanche, elle réunit 45 surfeuses de tout âge sur le spot de Taharuu.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV