mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Cannabis : le Canada à l’heure de la légalisation

Publié le

Publié le 21/10/2018 à 15:10 - Mise à jour le 21/10/2018 à 15:10
Lecture 2 minutes

Quatre jours à peine après sa légalisation, il est devenu difficile de se procurer du cannabis au Canada. Certains consommateurs n’hésitent pas à attendre 3 à 4 heures, voire plus, dans les files d’attente pour s’en procurer, et ce malgré le froid. Cette légalisation permet de mieux encadrer un marché qui vaut près de 400 milliards de Fcfp. Au Québec, chaque consommateur peut avoir jusqu’à 150 grammes de cannabis frais chez lui. « Chacun est libre de fumer ou pas, confie Urahei Teriitehau, étudiante tahitienne au Canada. Mais j’ai beaucoup d’amis ici qui fument et ils étaient vraiment contents quand il y a eu la légalisation du cannabis. »
 
Le gramme coûte un peu plus de 800 Fcfp. Mais le cannabis est seulement vendu dans des commerces spécialisés tenus par la Société québécoise du cannabis (SQDC). Pour Manua Sienne, un autre étudiant tahitien au Canada, c’est une bonne chose. « Ça permet de mieux encadrer la consommation, au lieu de laisser tout le monde consommer un peu à leur façon et que ça parte dans les abus. Là, c’est encadré, sécurisé, et on est sûr à 100 % de la qualité du produit. »
 
Depuis le 17 octobre, le Canada est le deuxième pays, après l’Uruguay, à légaliser la vente et la consommation récréative du cannabis. Pour l’heure, les quelque 120 producteurs autorisés par le gouvernement canadien à produire du cannabis ne pourront combler que 30 % à 60 % de la demande, estimait la semaine dernière l’institut indépendant d’analyse économique C. D. Howe.
 
Légalisation ou pas, les autorités canadiennes ont tenu à rappeler que conduire en fumant du cannabis restait illégal : la police de Winnipeg (centre) a posté sur Twitter une amende de 672 dollars (448 euros) pour consommation de marijuana au volant d’une voiture. Elle a été infligée à un automobiliste qui fumait un joint en conduisant sur une autoroute du Manitoba quelques heures après l’entrée en vigueur de la nouvelle législation.
 
 

Rédaction Web avec Matahi Tutavae et AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Après un défilé du 14-Juillet sous le signe du...

Masque obligatoire dans les lieux clos à partir du 1er août, plan de relance industriel et écologique, priorité aux jeunes : Emmanuel Macron a décliné mardi plusieurs mesures face à la crise économique et sanitaire, après avoir présidé une cérémonie du 14-Juillet au format réduit.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV