samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Lana Tetuanui : « Il s’agissait avant tout de rendre plus efficient le statut de la Polynésie »

Publié le

Publié le 24/02/2019 à 11:05 - Mise à jour le 24/02/2019 à 11:05
Lecture 3 minutes

Il y a quelques mois nous avions abordé les grandes lignes de ce toilettage statutaire. Certaines demandes du Pays n’ont pas été acceptées, d’autres l’ont été en partie. Quelle est pour vous la principale avancée dans ce toilettage ?
« Je voudrais rappeler que cette demande de toilettage statutaire pour la Polynésie a été initiée par le gouvernement local. C’est une demande qui date d’un peu plus d’un an. La mouture du gouvernement central est arrivée à l’assemblée de la Polynésie avec 17 articles que nous avons amendés, c’est-à-dire que le texte est retourné à Paris avec pas moins de 40 nouveaux articles. Mais pour moi, il s’agissait avant tout de rendre plus efficient le statut de la Polynésie. »
 
Il s’agissait de modifications techniques pour améliorer certaines procédures ?
« Exactement. Par exemple, dans le cadre de conventions, liées à l’éducation ou à la santé, qui arrivent à l’assemblée de la Polynésie française, on peut donner notre avis, mais si on veut ajouter des avenants à ces conventions, on doit repasser par le circuit. Nous avons donc demandé qu’on retire l’obligation quand il s’agit des avenants.
Il s’agit aussi pour nous de raccourcir le délai de contentieux de nos lois du Pays. »

 
Parce que s’il y a un recours, la loi est suspendue ?
« Voilà. Dans le contexte actuel, quand nous votons une loi du Pays à l’assemblée de la Polynésie, si quelqu’un décide de déférer une loi du Pays, nous sommes assujettis à la décision du Conseil d’Etat, qui prend un temps fou et qui met en péril les décisions du gouvernement local. Nous avons estimé qu’il fallait raccourcir ce délai. »
 
Un autre combat que vous livrez régulièrement au sein de l’Assemblée nationale, c’est pour les communes. Parmi les améliorations que vous avez demandées, il y a aussi beaucoup d’avantages qui sont donnés aux communes ?
« Tout à fait, surtout qu’il y a eu une polémique il y a deux ans lors du Congrès des maires à Taiarapu Est sur le fameux article 43-2. Les maires étaient montés au créneau pour dénoncer les compétences qui ne sont pas dévolues aux communes aujourd’hui mais qu’ils font appliquer dans les communes des archipels où le Pays est absent. Et à côté de ça, la Chambre territoriale des comptes rappelle à l’ordre nos tavana pour leur dire : attention messieurs les maires, ce ne sont pas vos compétences. C’est un problème qui a été clarifié avec ce toilettage. Les communes peuvent demander des compétences au Pays.
Un exemple concret serait les aides sociales. Dans nos archipels, il y a des demandes d’aide en matériaux qui arrivent dans nos communes mais les bénéficiaires n’ont même pas le camion pour aller récupérer leur matériel, ni la main d’œuvre pour pouvoir rafistoler leur habitation. Alors ils vont à la mairie et demandent de l’aide à nos tavana, mais la loi ne leur permettait pas de les aider. Aujourd’hui, nous avons voulu clarifier ça à travers un nouvel article 43-2. »

 
Un autre point important qui n’a pas tout à fait été accepté, c’est la sanctuarisation de la dotation annuelle pour la compensation de l’arrêt des essais nucléaires en Polynésie française, mais vous avez quand trouvé une petite astuce…
« Oui. (…) Concernant cette fameuse dette du nucléaire, le combat que nous avons mené était de sanctuariser l’ensemble de la dette nucléaire, c’est-à-dire les 18 milliards qui étaient prévus tout au début par l’ancien président de la République Jacques Chirac. Quand Nicolas Sarkozy est arrivé au pouvoir, on a découpé la fameuse dette nucléaire en trois parties : il y a eu la DGA pour 110 milliards ; 1 milliard qu’on a attribué aux communes qui est le fameux DTIC ; plus le troisième instrument financier. Mais aujourd’hui l’Etat, hormis pour la DGA, nous impose comment consommer ces dotations. Notre objectif à Paris a donc été de globaliser cette dette et de l’inscrire dans notre loi statutaire. Il nous a été bien dit à Paris qu’on ne pouvait pas inscrire de dotation dans une loi statutaire, mais nous avons réussi, via un sous-amendement, que la fameuse DGA, c’est-à-dire que les 10 milliards soient inscrits dans le marbre de la loi simple aujourd’hui. »
 

Rédaction web avec Sam Teinaore

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : une rentrée scolaire inédite

Alors que 43 nouveaux cas de covid-19 ont été confirmés depuis ce week-end (des chiffres encore provisoires), la rentrée scolaire s’annonce inédite...

Covid 19 : Quatre cas suspects à Fakarava

C'est une surprise pour les autorités de l'atoll : quatre suspicions de cas ont été identifiées à Fakarava. Le premier adjoint...

Covid-19 : le ministre des Outre-mer fait le point...

À la demande de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, celui-ci et les membres de son cabinet, ont tenu une visio-conférence ce matin qui a réuni Dominique Sorain, Haut-commissaire de la République, Edouard Fritch, Président de la Polynésie française et Teva Rohfritsch, Vice-Président.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV