dimanche 13 juin 2021
A VOIR

|

Vidéo – Saint-Valentin tragique aux assises

Publié le

Publié le 13/02/2017 à 17:30 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:21
Lecture 2 minutes

Vaitiare le trompait, André n’a pas supporté. Il a pris son Hyundai, s’est rendu chez son rival, mais a été rossé par son frère. Il est revenu, et a vu l’amant de sa femme marcher devant chez lui. Il a accéléré, l’a percuté, puis traîné sur cinquante mètres, avant de rouler à nouveau sur lui. 
Gérard a le pied droit sectionné, le thorax écrasé, un traumatisme crânien et de nombreuses autres blessures. Il succombera le lendemain. 

Comment un tel déchaînement de violence a-t-il été possible chez ce quadragénaire ? Lui-même ne l’explique pas, assurant simplement qu’il n’a pas prémédité ce meurtre. A la barre, tous les témoins décrivent André comme un homme doux, altruiste et sérieux. Jamais bagarreur, toujours prêt à aider. « Pour moi, ce n’est pas un assassin, c’est un homme paisible et calme » assure même sa première compagne devant la Cour.

 

Le psychiatre, lui, souligne des « carences affectives », « une incapacité à supporter les séparations », et décrit un homme « dépressif ». André a tenté de se suicider à trois reprises, lorsque ses compagnes le quittaient. C’est d’ailleurs après l’une de ses tentatives de suicide, alors qu’il était à l’hôpital psychiatrique, qu’il a rencontré Vaitiare, également hospitalisée à ce moment-là.
Pour le psychiatre cependant, l’accusé jouissait de son discernement au moment du meurtre, et peut donc être sanctionné.

Vaitiare, de son côté, nourrit bien des regrets : « je suis désolée de ce qui peut arriver à André, comme de ce qui est arrivé à Gérard ». Elle a refait sa vie avec l’ancien meilleur ami d’André. Elle élève avec lui le fils qu’elle a eu avec André. Elle n’a plus de relations avec la famille de son ancien compagnon, ni celle de son amant.

André était-il venu voir son rival pour demander des explications, comme il l’assure, ou pour tuer ? Ce sera aux jurés de se faire une opinion, avant la fin du procès, prévue mercredi soir. 
 

Mike Leyral

Témoignage de l’une des soeurs de l’accusé :

infos coronavirus