samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Affaire du Street Shop : le trafic de stupéfiants « bien évidemment réprimé » en Polynésie

Publié le

Publié le 29/01/2019 à 14:54 - Mise à jour le 07/06/2019 à 16:37
Lecture 2 minutes

Le procès du Street shop a été renvoyé, mardi, en raison du placement en détention provisoire, à Toulouse, de Nicolas Veyssiere, le gérant du commerce. Ce dernier est poursuivi pour des faits identiques en métropole où il est à la tête d’un magasin du même nom, très rentable selon les autorités judiciaires.

Outre la provocation à l’usage de stupéfiants, l’intéressé est accusé, en métropole, de détention d’huile de cannabis, d’herbe et de résine mais aussi de la vente de multiples produits : pipettes, balances de précisions, grinders ainsi que « de packs de fidélité (….) offerts par les trafiquants (…) à leurs clients dans les quartiers du Mirail, de Reynerie et de Varese« , a indiqué Hervé Leroy.

Le procureur de la République est également revenu sur les questions prioritaires de constitutionnalité déposées par l’avocat de Nicolas Veyssiere en Polynésie. L’une d’elle porte sur la définition du terme stupéfiants en droit français, car imprécis selon la défense.  Celle-ci estime également que certains textes ne sont pas applicables en Polynésie.

« Bien évidemment le trafic de stupéfiants est pénalement incriminé et réprimé en Polynésie française« , rétorque Hervé Leroy.
Outre le Code pénal, le procureur cite une délibération et un arrêté du conseil des ministre de Polynésie qui définissent et « identifient clairement les stupéfiants en Polynésie française et prohibent leur commerce« .  

Le procès du gérant du Street Shop et de deux de ses commerciaux devrait se tenir le 23 avril prochain devant le tribunal correctionnel de Papeete.

J-B.C

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV