samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Vidéo – Miss Afrique 2019 : les cheveux de Miss Congo prennent feu en plein direct

Publié le

Publié le 01/01/2019 à 10:42 - Mise à jour le 01/01/2019 à 10:42
Lecture 3 minutes

Quelques instants après la sensation de joie à l’annonce des résultats, c’est une sensation de peur qui a parcouru Dorcas Kasinde, la nouvelle Miss Afrique 2019. Alors qu’elle était en train d’être couronnée, les cheveux de la Congolaise de 24 ans ont pris feu en plein direct. Les étincelles du feu d’artifice derrière elle ont été projetées sur sa perruque.

Si elle s’en est rendue compte au bout de quelques secondes et a tenté d’éteindre le feu avec sa main, les flammes sont revenues de plus belle sans qu’elle ne le réalise. Des spectateurs et les services de sécurité sont alors venus l’aider. Dorcas s’est ensuite jetée à terre, sortant du champ des caméras.

 

Heureusement, plus de peur pour de mal pour la nouvelle Miss Afrique qui a été rapidement prise en charge par les médecins et ne souffre d’aucune brûlure. Elle a tenu à rassurer ses fans sur Instagram : « Merci de vous inquiéter de ma santé, en effet mes cheveux ont pris feu lors de mon couronnement mais grâce à Dieu je vais bien, on a pu éteindre le feu avant qu’il ne touche mon crâne ».

Voir cette publication sur Instagram

La première chose que je vais faire c’est de dédier cette couronne à la RDC, qui comme vous le savez passe à travers un moment très difficile dans son histoire avec ces élections importantes pour son futur. Mais je suis sure que nous allons y arriver. J’y crois car, Moi même dans ma vie j’ai du faire face à des situations difficiles. Des échecs au point de parfois croire ne jamais pouvoir y arriver. Aujourd’hui je porte cette couronne. Simplement parce que j’ai su me relever au moment où j’ai mis le nom de Dieu dans mes projets. Je ne cesserai de lui rendre grâce. Grâce à lui, na bimi MOLONGI.. Cette couronne je la porterai avec fierté au nom de toutes ces femmes Africaines, qui au delà de leur beauté, sont les vrais piliers sur lesquels le futur du continent devra se reposer. Longtemps ignorées, elles se lèvent, et reprennent de plus en plus la place qui leur est due dans la société. À ma famille, et tous mes amis qui n’arrêtent pas de me soutenir dans mes projets, et qui on cru en moi, je dis juste un GRAND merci du fond du coeur, et promet de leur faire honneur. Un grand Merci aux organisateurs @missafricacalabar et au gouvernement nigérian qui ont mobilisés les moyens nécessaires afin que ce concours aie lieu ainsi qu’à toutes ces miss venues de chaque coin du continent et plus particulièrement a mes deux dauphines @chimmylene et @gladys_kayumba Quant à mon mon futur, consciente de l’énorme responsabilité, en tant que Miss Afrique et ambassadrice de l’Africanisme, je m’investirai pendant et après mon mandat, à défendre les valeurs Africaines, et ouvrir toutes les portes qui pourront, d’une manière ou d’une autre, faire avancer notre continent…et son beau peuple. Merci à tous pour cet honneur, et GOD BLESS AFRICA Ps : merci de vous inquiéter de ma santé, en effet mes cheveux ont pris feu lors de mon couronnement mais Grâce à Dieu je vais bien, on a pu éteindre le feu avant qu’il ne touche mon crâne. This girl is on fire, yes Im on fire, because I have God’s Fire 🔥 c’est le Congo qui gagne 🇨🇩 #thisgirlisonfire #imonfire #miss #missafrica #missafrica2018calabar #missafricacalabar #lifeofamiss #calabar #crown #winner #africanism #africaine #drc #nigeria

Une publication partagée par Miss Africa 2019 👑 (@dorcas_dienda) le

Miss Congo s’est imposée devant Miss Nigéria et Miss Zambie, ses première et deuxième dauphines. Elle a remporté 35 000 dollars et une voiture de sport.
 

Rédaction web

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.