fbpx
dimanche 23 février 2020
A VOIR

|

Vidéo – Miss France grossophobe ? Vaimalama répond à la polémique

Publié le

Publié le 31/01/2019 à 14:42 - Mise à jour le 07/02/2020 à 10:34
Lecture 2 minutes

Depuis le début de son règne, notre Miss France enchaîne les interviews. L’occasion pour Vaimalama de répondre à certaines rumeurs et de mettre les points sur les “i” sur certaines polémiques. Notamment concernant sa prise de poids lorsqu’elle était adolescente, et qu’elle pesait alors 84 kilos pour 1m78.

>>> Voir aussi : Vidéo – Vaimalama : l’histoire d’un défi de poids

C’est suite à un accident de vélo en 2012, où elle a eu une rupture du ligament croisé qu’elle a eu le déclic et a décidé de perdre du poids : “je ne pouvais plus trop bouger mais je continuais à manger tout ce que je voulais, et donc je voyais mon corps évoluer d’une manière que je n’aimais pas du tout. Et c’est là que j’ai décidé de faire changer les choses”.

 Et quant à ceux qui l’accusent d’être grossophobe, elle leur répond tout simplement : “Je trouve que ce n’est pas correct de la part des gens de penser que parce que j’étais plus mince je me voyais plus belle. Je me vois plus belle, c’est tout. Ce n’est pas forcément parce que je suis plus mince. Si je me vois mieux comme ça, je me sens mieux comme ça. C’est une question de perception et ça me regarde” .

>>> Lire aussi : Le sacre de Vaimalama ouvre le débat sur l’acceptation de soi

Quant à ses histories de prétendues relations amoureuses avec des footballeurs, elle répond que tout est bien-sûr faux et que cela la fait surtout sourire : “Franchement, il n’y a rien à découvrir sur moi. Je suis comme un livre ouvert (…) À Tahiti, on a dit que j’avais plusieurs mecs, que j’allais à droite à gauche…  Alors qu’en France, c’est moins pire en fait, mais c’est parce que je connais moins de gens (…) Je trouve que la transparence, c’est vraiment important. S’ils ont des questions à me poser, ils me les posent et j’y réponds”.
 

Rédaction web

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X