fbpx
vendredi 22 novembre 2019
A VOIR

|

Pare-brise brisé après un impact : vers qui se tourner ?

Publié le

Publié le 14/06/2015 à 16:09 - Mise à jour le 14/06/2015 à 16:09
Lecture 2 minutes

La semaine dernière sur les réseaux sociaux, une internaute, Cindy, faisait part d’une expérience désagréable. Mardi, sur la RDO le pare-brise de sa voiture reçoit un projectile.“Sur le coup, je me suis dit : ça doit être une météorite. J’ai scruté le ciel. Et puis après en raisonnant, je me suis que ça ne pouvait pas être ça (…) Logiquement, c’était des travaux sur la RDO”, raconte-t-elle au micro de Tahiti Nui Télévision. Ne pouvant s’arrêter, elle continue sa route. 
Le coût de la réparation est estimé à plus de 70 000 Fcfp. Cindy décide d’ appeler son assurance. Celle-ci l’informe qu’elle n’a pas l’option “bris de glace”. Elle doit donc trouver le responsable et faire appel à son assurance.  

Une seule société de travaux publics était présente ce jour-là à cet endroit de la RDO, selon Cindy. La conductrice les jugeant responsables, prend alors contact avec eux.  “La dame qui se prénomme Perle que j’ai eu au bout du fil me fait comprendre que toutes les semaines, on les appelle pour se plaindre de bris de glace”, explique la conductrice sur Facebook. Du côté de l’entreprise de travaux, on ne sait pas la renseigner. Cindy contacte alors la gendarmerie pour porter plainte au pénal. Mais, impossible, car le projectile a été lancé involontairement.  La conductrice retourne donc voir son assurance pour qu’elle prenne directement contact avec l’assurance de l’entreprise de travaux. Mais cette dernière refuse de payer une quelconque réparation.  Cindy décide donc de porter plainte au civil. Une action en justice qui risque de ne pas aboutir…

“Lorsqu’une entreprise fait un chantier, si elle cause des dommages à autrui en raison de ses travaux, c’est un problème de responsabilité civile, sauf si l’on considère qu’il y a eu une faute grave de négligence, d’imprudence, auquel cas ça peut devenir un délit : le délit de blessure involontaire ou d’homicide involontaire”, explique le procureur, José Thorel. “Dans le cas qui nous intéresse, il convient de rechercher des éléments de preuve (…) Il y a toute une série d’investigations à faire préalablement avant l’engagement d’une action en civil ou au pénal.”

Si peu de plaintes sont recensées pour des bris de glace, de nombreuses personnes pourraient en être victimes, dans des circonstances similaires. Pour ne pas se retrouver démunis comme Cindy, il est conseillé de s’arrêter juste après l’impact et de faire un constat avec le responsable.  “La plupart du temps, la situation se règle par un constat entre l’assurance du véhicule et l’assurance de l’entrepreneur ou du chantier”, explique le procureur. 

Rédaction Web TNTV (Interviews : Laure Philiber, Brandy Tevero)

José Thorel, procureur de la République

Cindy, la conductrice qui a reçu un impacte sur son pare-brise

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X