fbpx
lundi 18 novembre 2019
A VOIR

|

Moorea : trois tortues abattues en 5 jours

Publié le

Publié le 23/02/2015 à 13:23 - Mise à jour le 23/02/2015 à 13:23
Lecture 2 minutes

Sur sa page Facebook, l’association de protection de l’environnement, Te Mana o te moana, se révolte : une nouvelle tortue morte harponnée, a été amenée hier lundi à la clinique des tortues de Moorea. “La série noire continue à Moorea, c’est la troisième tortue trouvée morte suite à un acte de braconnage en cinq jours”, écrit l’association.

Trouvée flottante dans la Baie d’Opunohu “à 9 heures du matin par des jet skis, il s’agissait d’une tortue verte de bonne taille”, selon l’association. L’animal, mesurant 80cm pour 50 kg, “a été fléché au niveau de la tête et la pointe était restée coincée dans le crâne”. 

En seulement cinq jours, trois tortues ont été retrouvées mortes des suites de blessures causées par des flèches. Pour Te mana o te moana, “la situation devient préoccupante”. Selon eux,  “la direction de l’Environnement et la mairie de Moorea ont été mises au courant du problème”. L’association rappelle que “toutes les espèces de tortues marines sont intégralement protégées en Polynésie française, mais le braconnage pour la consommation de viande reste fréquent et constitue une véritable menace pour la survie des tortues marines en Polynésie”. 

Te mana o te moana a également fait parvenir un communiqué de presse aux médias du fenua. L’association revient sur la découverte de deux premières tortues harponnées la semaine dernière. ” La première était une tortue imbriquée juvénile d’une trentaine de centimètres à peine, dont la chair est toxique. Trouvée jeudi dernier par le maire délégué de Haapiti près d’une plage de Haumi, elle présentait une perforation au niveau de la tête.
La seconde a été trouvée vendredi dernier. Il s’agissait d’une tortue verte d’une cinquantaine de centimètres trouvée par un plaisancier flottant dans la zone de Tiahura. Elle présentait une perforation au niveau de la dossière.”
Pour Te mana o te moana, le braconnage des tortues est d’autant plus incompréhensible “que l’un des individus ciblés est toxique à la consommation (tortue imbriquée) et l’autre trop jeune pour contenir des quantités intéressantes de viande”.

L’association de protection de l’environnement invite toute personne ayant trouvé une tortue marine a contacter la clinique. Contacts  :  40 56 40 11 ou 87 71 53 44
 

Des séjours thérapeutiques pour jeunes en difficulté

Depuis trois ans, le nombre de délits commis par des mineurs au fenua est en baisse. Afin de lutter contre la récidive, les adolescents sont pris en charge par la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse. Celle-ci agit sur trois leviers : la famille, l’insertion et la santé. Sur ce dernier volet, trois séjours thérapeutiques ont été organisés cette année. Le dernier vient de se terminer à la Presqu’île.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Diabète en Polynésie : le gouvernement réagit au rapport...

Jeudi 8 novembre, le CESEC (Conseil économique, social, environnemental et culturel) a rendu son rapport sur le diabète en indiquant que le Pays devait prendre des mesures d’urgence pour lutter contre cette maladie. De son côté, le gouvernement a répondu que "les pouvoirs publics n’ont pas attendu le CESEC pour agir".

Un partenariat entre l’association Patutiki et l’École française de...

L’association Patutiki souhaite ouvrir une formation professionnelle au tatouage marquisien. Et pour qu’elle soit qualifiante et reconnue, le président de l’association est allé à Créteil, en banlieue parisienne, pour nouer un partenariat avec l’École Française de Tatouage, le seul établissement qui délivre un diplôme reconnu par l’État.

La COSAC veut différer les élections des représentants du...

La Confédération Syndicale des Agents Communaux, la COSAC, était ce matin devant les portes du Haut-commissariat. Elle demande à différer les élections des représentants du personnel communal dans les commissions administratives paritaires.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X