dimanche 15 septembre 2019
A VOIR

|

Bébé brûlé vif : “Je ne l’ai jamais voulu”

Publié le

Publié le 01/06/2015 à 13:47 - Mise à jour le 01/06/2015 à 13:47
Lecture 2 minutes

Les assises se sont ouvertes ce mardi au tribunal de Papeete, avec l’affaire, en appel, du décès d’un bébé de six mois, brûlé vif dans les bras de sa mère.
Les faits se sont déroulés en 2010 à Rikitea. A l’époque, une dispute violente éclate entre les parents de l’enfant. La mère s’asperge d’essence, son bébé dans les bras, et allume un briquet… Brûlés à vifs, la mère et l’enfant doivent être évasanés. La femme survit mais pas le bébé. 
Le père n’a pas été poursuivi. La mère, a été condamnée à 7 ans de prison, puis libérée en conditionnelle pour rester aux côtés de ses deux autres enfants. 

C’est donc libre qu’elle comparaissait ce mardi, son avocat ayant décidé de faire appel d’une sanction qu’il juge “sévère”. “Ma cliente a fait appel parce que la sanction a quand même été assez sévère : 7 ans. Même si les assises, à l’époque, avaient accepté de déqualifier la poursuite. C’est-à-dire qu’on était passé d’une poursuite pour meurtre, avec l’intention de tuer quelqu’un, à une poursuite et une condamnation pour violence volontaire avec violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner”, déclare Me Michel Etilage. 

La mère, Rose, a toujours déclaré n’avoir pas voulu tuer son enfant. Pour elle, comme pour son avocat, il s’agit d’un dramatique accident dans lequel le père a également sa responsabilité. L’homme a déjà été condamné pour des faits de violence.
Ce mardi, Rose n’a pratiquement pas parlé durant l’audience. Plus tard, elle a cependant accordé une interview aux journalistes de Tahiti Nui Télévision.
Très marquée par le décès de son enfant, elle répète ne “jamais l’avoir voulu”. “Je pense que dans la colère, avec les disputes, la tension, je ne me suis pas rendu compte. C’est arrivé, j’assume”, déclare-t-elle. 
Revenue auprès de ses deux autres enfants, elle avoue “éviter le sujet du bébé” , mais essayer de “se reconstruire”.  
Rose déclare avoir toujours vécu dans la violence et avoir essayé de s’en sortir, “de ne pas faire la même chose”. “Mais il a fallut que je tombe sur celui-là (son ex-compagnon NDLR ), je me suis fait avoir”, soupire la femme. 
Rose avoue enfin ne rien attendre en particulier de ce procès en appel. “Je ne sais pas si quelqu’un d’autre comprends ma douleur mais… c’est ma douleur à moi”, conclut-elle. 
Sa condamnation à 7 ans de prison à finalement été confirmée en appel. 

Plus d’infos dans votre journal du 2 juin en replay ICI

EXCLUSIF. Rose, la mère du bébé décédé

Me Michel Etilage, avocat de la mère

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Puunui : trop de maisons, pas assez d’eau

Sur les hauteurs de Puunui, la pression de l’eau ne cesse de diminuer. En plus de la sécheresse, depuis 18 ans, le nombre d’habitations implantées sur ce domaine agricole, a explosé.

Un dernier hommage au brigadier Loïc Ly Sao

Vive émotion ce matin au commissariat de Papeete. L’ensemble du personnel de la DSP s’est réuni pour un dernier au-revoir à Loïc Ly Sao, leur collègue décédé dans un accident de VTT, dimanche dernier au Pic Vert.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV