mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Un poti marara avec cinq personnes à bord retrouvé aux Tuamotu

Publié le

Le dimanche 6 octobre, en fin d'après-midi, le JRCC, Centre de coordination de sauvetage aéro maritime en Polynésie française, a été alerté par la police municipale de Makemo qu'un bateau navigant entre Makemo et Taenga n'était pas arrivé à bon port.

Publié le 08/10/2019 à 9:30 - Mise à jour le 08/10/2019 à 9:31
Lecture < 1 min.

Le dimanche 6 octobre, en fin d'après-midi, le JRCC, Centre de coordination de sauvetage aéro maritime en Polynésie française, a été alerté par la police municipale de Makemo qu'un bateau navigant entre Makemo et Taenga n'était pas arrivé à bon port.

À bord de l’embarcation manquante se trouvaient cinq personnes dont un bébé. Après avoir été alerté par la police municipale de Makemo, le JRCC a immédiatement engagé un gardian de la marine nationale et l’hélicoptère le Dauphin, afin de compléter les moyens mis en place par la Fédération d’entraide polynésienne de sauvetage qui était déjà sur place pour les recherches.

Arrivé sur la zone vers 23 heures, l’hélicoptère a repéré l’embarcation et les cinq naufragés, sains et saufs, ont été hélitreuillés. Ils ont par la suite, été confiés aux pompiers de Makemo pour un bilan médical. Par mesure de précaution, la mère et l’enfant ont été dirigés vers le dispensaire.

Cet épisode est encore une fois l’occasion de rappeler aux navigateurs et aux plaisanciers qu’ils doivent:

  • se renseigner sur la météo et les conditions de navigation
  • déclarer leur départ auprès du JRCC
  • s’assurer de la présence et du bon fonctionnement des équipements de sécurité et des moyens de communication (radio téléphone satellite, balise personnelle de détresse)
  • emporter de la nourriture, de l’eau et des vêtements adaptés

La coordination des moyens de recherche et de sauvetage est un service public assuré 24h/24 par le JRCC. Le centre de coordination et de sauvetage aéro maritime est joignable au 16.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : Tahaa mise sur le tourisme local pour...

Comment survivre après la crise liée au Covid-19 ? L’ouverture vers l’international étant encore impossible, les prestataires touristiques du fenua doivent revoir leurs offres et se tourner vers la clientèle locale pour garder la tête hors de l’eau, comme c'est déjà le cas à Tahaa.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV