mardi 26 mai 2020
A VOIR

|

Vaiiti et Stéphane, deux étudiants polynésiens confinés en métropole

Publié le

En une semaine, les mesures de confinement se sont énormément durcies en métropole et pour les Polynésiens de l’Hexagone, les situations et les décisions ont pu varier au cas par cas. Notre correspondant à Paris a joint deux d’entre eux, des étudiants qui ne vivent pas le confinement de la même manière : l'une en foyer à Paris, l’autre parti en Normandie.

Publié le 22/03/2020 à 14:31 - Mise à jour le 22/03/2020 à 14:31
Lecture 2 minutes

En une semaine, les mesures de confinement se sont énormément durcies en métropole et pour les Polynésiens de l’Hexagone, les situations et les décisions ont pu varier au cas par cas. Notre correspondant à Paris a joint deux d’entre eux, des étudiants qui ne vivent pas le confinement de la même manière : l'une en foyer à Paris, l’autre parti en Normandie.

Paris est vide. Beaucoup de Parisiens ont migré dès les premières mesures de confinement. Ceux qui sont restés doivent respecter des règles strictes de sortie. C’est le cas de Vaiiti Raygadas, étudiante en 1re année de double licence économie-sciences politiques à Paris 1 Panthéon Sorbonne, qui loge dans un foyer international où les trois quarts des résidentes sont parties. Mais cette première semaine de confinement s’est bien passée pour elle.

« Je ne ressens ni l’ennui ni le besoin de sortir, confie-t-elle. On est à peu près 30 là, c’est super sympa, il y a un esprit de solidarité qui s’est développé. On fait aussi plein d’activités. D’habitude tout le monde est occupé par ses cours, par ses amis externes au foyer, alors que là on a franchement que ça à faire« , sourit-elle.

Et puis Vaiiti a quand même des cours et exercices à rendre en ligne. Mais ce n’est pas le cas de Stéphane Duflocq, doctorant en chimie thérapeutique qui poursuit ses études à Lyon. Il s’est donc mis au vert en Normandie dès le début de la semaine.

« Pour moi ce n’est pas évident parce que je suis en dernière année de thèse de sciences, explique-t-il. Je suis censé faire beaucoup de manip’ et là j’ai mon labo qui est fermé, donc c’est un sacré coup dur. J’ai ma thèse qui est arrêtée, donc on prend sur soi et puis c’est comme ça. On prend tous conscience que ce confinement est essentiel et qu’il va être prolongé, ça c’est une évidence, parce que deux semaines c’est beaucoup trop court. »

Aucun des deux n’est donc rentré au fenua, mais chacun avec ses raisons. Pour Stéphane, « il y avait un risque de transmission de virus et puis c’était pas du tout écolo de rentrer pour le confinement et revenir en métropole après. Donc j’ai préféré rester ici. C’est difficile mais on fait avec. »

Quant à Vaiiti, « pour moi rentrer à Tahiti, ça veut dire que ce sont les vacances, et du coup ça n’aurait pas été un environnement propice à continuer à étudier ».

Tous les deux estiment que les mesures de confinement sont nécessaires, ils exhortent mêmes les Polynésiens à éviter de faire les mêmes erreurs que certains Parisiens.

REPORTAGEEric Dupuy

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV