vendredi 23 juillet 2021
A VOIR

|

Pocket, le chien renifleur dressé pour fouiller les poches

Publié le

La Police municipale de Papeete a un nouveau partenaire pour lutter contre le trafic de stupéfiants. « Pocket », un berger malinois, rejoint la brigade cynophile de la commune. Ce chien a été dressé pour renifler les poches. Ice, Paka et billets de banque, son flair sera un atout supplémentaire pour les forces de l’ordre.

Publié le 09/07/2021 à 16:28 - Mise à jour le 10/07/2021 à 12:56
Lecture 2 minutes

La Police municipale de Papeete a un nouveau partenaire pour lutter contre le trafic de stupéfiants. « Pocket », un berger malinois, rejoint la brigade cynophile de la commune. Ce chien a été dressé pour renifler les poches. Ice, Paka et billets de banque, son flair sera un atout supplémentaire pour les forces de l’ordre.

C’est un nouveau brigadier un peu spécial qui vient renforcer la lutte contre les produits stupéfiants. Pocket et son maître, Marcel Kwong, ont suivi 5 semaines d’entrainement en France hexagonale puis deux autres in situ à Tahiti pour que le chien s’habitue à son nouvel environnement.

Dans le hall de la mairie de Papeete, Jean-Pierre Veneut, formateur cynotechnique, a caché de l’ice, des billets de banque et du cannabis dans plusieurs recoins. Le duo que forme Pocket et Marcel prouve son efficacité.

“Le cannabis, c’est un phénomène dit “rivière”, c’est-à-dire que c’est comme si on ouvrait un robinet et ça s’étale. Donc le chien va prendre la molécule de très très loin et va devoir remonter à la source”, explique Jean-Pierre Veneut, détaillant les différentes matières olfactives qui devront être détectées par Pocket.

“Par contre, en ce qui concerne l’Ice, puisque c’est une matière de synthèse, elle réagit par petites pulsions. Donc ce sont des pulsions qui s’échappent des contenants. Cependant, le conducteur doit aussi avoir un rôle d’enquêteur, il doit diriger notablement son chien. Le travail, c’est un travail d’équipe complet”.

En ce qui concerne les billets de banque, “c’est une matière plombée, c’est-à-dire qu’elle se pose et elle ne diffuse ça. De part l’incitation habile du conducteur sur des endroits privilégiés, là bien sûr le chien va le détecter”, avance Jean-Pierre Veneut.

Grâce à des entraînements réguliers, Pocket affine ses compétences afin de repérer l’Ice, le cannabis et les billets de banques (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Avec son chien, Marcel Kwong a un contrat de mariage pour au moins 8 ans. Pocket sera son nez et le policier les yeux lors des perquisitions. Pour parfaire le travail, le berger belge malinois devra poursuivre son entraînement à raison de trois séances hebdomadaires. Car être un chien policier n’est pas une mince affaire.

“Qu’il y ait du monde ou pas, il faut qu’il soit concentré sur l’objectif à atteindre”, détaille Marcel. “Je l’aide un peu avec les désignations lorsqu’à un moment donné, il ne sait pas trop où aller. Là où un produit est susceptible d’être caché, je le désigne”.

Papeete est la première commune à investir dans un animal spécialement dressé pour la lutte contre l’ice. La brigade cynophile compte déjà deux chiens pour appuyer les équipes d’intervention.

Pocket pourra intervenir en renfort en dehors de la capitale, lors d’opérations conduites par la DSP, la gendarmerie ou les douanes.

“Une convention a été signée pour mutualiser les moyens pour la lutte contre le trafic de drogues, avec la gendarmerie, la douane, la DSP. Non seulement pour les entraînements mais aussi pour tout ce qui va être opérationnel”, explique Roger Lamy, directeur de la Police Municipale.

Face à des trafiquants qui usent d’ingéniosité pour dissimuler des produits stupéfiants ou l’argent issue de la drogue, les forces de l’ordre ont aussi adapté l’entrainement des chiens pour aiguiser encore plus leur odorat. Avant d’embarquer pour la Polynésie, Pocket a déniché près d’1 million de Fcfp et 50 grammes de cannabis.

infos coronavirus