samedi 19 juin 2021
A VOIR

|

Miss Tatau va défendre les couleurs du tatouage polynésien en métropole

Publié le

Poerani Tehuiotoa, Miss Tatau 2019, s'apprête à participer à une série de concours en lien avec le tatouage en métropole. Lundi, elle a achevé plus de 200 heures de tatouage, étalées sur 3 mois et demi, avec la participation de 6 tatoueurs.

Publié le 01/06/2021 à 9:37 - Mise à jour le 01/06/2021 à 9:37
Lecture < 1 min.

Poerani Tehuiotoa, Miss Tatau 2019, s'apprête à participer à une série de concours en lien avec le tatouage en métropole. Lundi, elle a achevé plus de 200 heures de tatouage, étalées sur 3 mois et demi, avec la participation de 6 tatoueurs.

Dernière Miss Tatau en date depuis 2019, Poerani Tehuiotoa s’envole bientôt vers la métropole pour y vivre de nouvelles aventures. Patu Mamatui termine d’inscrire l’histoire personnelle de la jeune femme sur son corps. Plus de 200 heures de tatouage auprès de l’équipe de Tattoo by Patu. En 14 semaines, les tatoueurs ont mis tout leur mana dans ce travail de longue haleine.

« Elle va amener au plus haut les couleurs du fenua, de Tahiti et ses îles, et en même temps ce patrimoine qu’on nous a laissé, le tatouage. Donc là on a choisi un mélange de tatouages marquisiens patutiki avec une tendance moderne pour qu’on puisse l’adapter à notre époque d’aujourd’hui, qu’on sache que ça a été fait en 2021 », explique Patu.

Lundi, ils étaient 6 pour graver sur le corps de Poerani toute la symbolique du mana, de son arbre généalogique, de sa cape royale, d’où elle puise sa force de guerrière.

« Pour faire honneur à notre tatouage polynésien, et aussi à ma team complète, qui ont été dévoués depuis le départ pour faire avec moi ce super challenge. Je vais participer à plusieurs concours nationaux en métropole, qui vont commencer dans même pas un mois. Donc je vais partir d’ici deux semaines pour pouvoir me préparer en métropole », confie la jeune femme.

Pendant ce séjour, Miss Tatau suivra également une formation en dermopigmentation réparatrice, afin de pouvoir proposer cette possibilité à celles qui sont passées par un cancer du sein. Avoir elle-même survécu à cette épreuve lui a permis d’être la femme épanouie qu’elle est aujourd’hui.

infos coronavirus