mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Mauna Kea : la vie et l’organisation du camp au pied de la montagne

Publié le

Au cours du week-end dernier, des milliers de personnes ont manifesté leur soutien aux protecteurs de Mauna Kea. Une semaine après le début du blocage de l’accès à la montagne, nous avons souhaité savoir comment s’organise la vie dans le campement qui accueille plus de 1 500 personnes.

Publié le 22/07/2019 à 16:45 - Mise à jour le 05/08/2019 à 9:21
Lecture 2 minutes

Au cours du week-end dernier, des milliers de personnes ont manifesté leur soutien aux protecteurs de Mauna Kea. Une semaine après le début du blocage de l’accès à la montagne, nous avons souhaité savoir comment s’organise la vie dans le campement qui accueille plus de 1 500 personnes.

Dans la ville de Kona, à une heure de Mauna Kea, Holeka et sa famille préparent une partie du dîner qui sera servi aux manifestants : « Je prépare un ragoût de bœuf pour nourrir une centaine de personnes sur la montagne. On n’est pas supposé faire la cuisine là-haut, pour des raisons d’hygiène. On le fait donc à la maison pour apporter de la nourriture chaude à l’heure du dîner » nous dit Holeka Inaba, supporter du mouvement.

Lire aussi : Les Hawaiiens manifestent contre le projet de télescope à Mauna Kea

Comme lui, des centaines de supporters du mouvement se mobilisent pour aider les milliers de personnes qui campent sur les flancs de Mauna Kea. Le succès de ce mouvement dépend de sa longévité et donc de son organisation. « Cet endroit est un sanctuaire. Le plus important pour garder le moral, ce sont les repas. Sans la nourriture, il n’y aurait pas autant de monde. Et la nourriture n’arrête pas d’arriver » explique Cindy Freitas, responsable de la restauration du camp.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Les toilettes portables sont vidées chaque jour, et les déchets sont triés et ramassés. En plus de cela, un service de sécurité a été mis en place en bord de route. Chaque journée débute par une cérémonie avec des danses pour honorer la montagne sacrée.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Les leaders du mouvement répètent inlassablement les règles du campement, basées sur le respect et la non-violence. « On répète le même message tous les jours. Avec autant de monde ici, il est crucial de respecter les protocoles et le règlement » déclare Pua Case, l’un des leaders du mouvement Ku kia’I mauna.

Lire aussi : Manifestation à Tahiti pour soutenir les Hawaiiens contre le projet de télescope à Mauna Kea

« Ce qui nous permet de tenir ici et de grossir nos rangs, ce qui nous permet de tenir contre l’opposition, contre les machines, ce qui nous permet de faire grandir ce mouvement dans le monde, c’est ce que nous appelons ‘Kapu Aloha’ : notre engagement à la non-violence et à la paix » ajoute Hookahi Kanuha, l’un des leaders du mouvement Ku kia’i mauna.

Malgré leur nombre, les manifestants perturbent le moins possible l’atmosphère de la montagne. Les organisateurs exigent un couvre-feu à partir de 21 h 30 chaque soir. 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : Tahaa mise sur le tourisme local pour...

Comment survivre après la crise liée au Covid-19 ? L’ouverture vers l’international étant encore impossible, les prestataires touristiques du fenua doivent revoir leurs offres et se tourner vers la clientèle locale pour garder la tête hors de l’eau, comme c'est déjà le cas à Tahaa.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV