vendredi 16 avril 2021
A VOIR

|

Mathilda Tuua, première femme élue de Kauehi

Publié le

Adjointe au maire de Fakarava et jeune et première femme élue de Kauehi, Mathilda Tuua est revenue sur son parcours engagé sur notre plateau JT, mercredi soir. Vie politique, vie de famille, vie de femme… Mathilda évoque son amour pour l'atoll qui l'a accueillie et sa volonté de s'investir dans la vie publique. Une femme engagée pour les droits de ses administrées en cette semaine de la femme.

Publié le 11/03/2021 à 13:23 - Mise à jour le 11/03/2021 à 13:23
Lecture 2 minutes

Adjointe au maire de Fakarava et jeune et première femme élue de Kauehi, Mathilda Tuua est revenue sur son parcours engagé sur notre plateau JT, mercredi soir. Vie politique, vie de famille, vie de femme… Mathilda évoque son amour pour l'atoll qui l'a accueillie et sa volonté de s'investir dans la vie publique. Une femme engagée pour les droits de ses administrées en cette semaine de la femme.

 Pourquoi avoir choisi de vous engager pour la collectivité ?
 » […] On ne va pas se le cacher, la politique, c’est plus un monde d’homme. Je m’étais lancée un défi, à la demande de ma belle-famille qui vit à Kauehi. Donc je me suis engagée à partir sur ces élections. Dans l’histoire de Kauehi, je suis la première élue femme. Je ne suis pas originaire de cette île, je suis arrivée il y a quatre ans ».

Comment arrivez-vous à vous faire votre place en tant que femme élue, on imagine que c’est difficile.
« En fait, ça se passe plutôt bien parce que nous avons un Tavana Oire […] qui est très ouvert d’esprit. Nous avons un nouveau Conseil municipal, où on a la chance d’avoir cette particularité aujourd’hui : nous avons des femmes au sein des communes ».

Vous arrivez à associer vie professionnelle et vie familiale ?
« C’est assez difficile. C’est vrai qu’il faut arriver à trouver le bon milieu pour préserver [la vie de famille] et que ça reste harmonieux. Depuis que j’ai été élue, je me déplace énormément. On y arrive, tout doucement mais surement ».

C’est votre amour pour cet atoll qui vous a mené là où vous êtes : quel a été votre parcours ?
« Je suis arrivée à Kauehi il y a quatre ans pour une semaine, en vacances. Et je ne suis jamais repartie. Cette île a cette particularité, tout comme je l’ai dit […], c’est un peu la Polynésie d’antan. Etant une femme du XXIème siècle, c’est vrai qu’il y a beaucoup à apporter. Je ne souhaite pas que Kauehi ressemble à Papeete ou même à Rangiroa, je souhaite garder son authenticité tout en portant cette île à sa juste valeur » […]. « Mon plus grand projet cette année étaient le quai, la centrale électrique, mais ce qui me tenait vraiment à cœur, c’était la biosphère, qu’on revoit avec la Diren ».

Vous avez pu évoquer tout cela lors de la visite du Haut-commissaire ? Est-ce qu’il y a eu une suite à votre requête ?
« Oui. […] C’est vrai que c’était une visite très courte qui a duré deux heures mais nous avons eu l’occasion de partir en tournée avec eux. Ce qui nous a permis aussi d’exposer nos difficultés ».

Comment vous définiriez finalement la femme des Tuamotu ?
« La femme des Tuamotu, c’est vrai qu’elle a encore du mal à s’engager. Politiquement, dans la vie de tous les jours […]. Nous sommes des femmes du XXIème siècle, nous devons passer à autre chose, s’affirmer aujourd’hui dans ce monde. Il faut savoir qu’une famille sans une femme n’est pas une vraie famille. Et la femme, dans sa particularité, elle est belle en elle-même ».

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.