L’IEOM anticipe une baisse des taux d’intérêt en juin

Publié le

L'institut d'émission d'Outre-mer (IEOM) anticipe une baisse des taux d'intérêt en juin. C'est la bonne nouvelle de la conférence de presse annuelle qui avait lieu ce mercredi 24 avril à Paris au sujet de la conjoncture économique en 2023 et des perspectives de 2024.

Publié le 24/04/2024 à 11:23 - Mise à jour le 25/04/2024 à 11:22

L'institut d'émission d'Outre-mer (IEOM) anticipe une baisse des taux d'intérêt en juin. C'est la bonne nouvelle de la conférence de presse annuelle qui avait lieu ce mercredi 24 avril à Paris au sujet de la conjoncture économique en 2023 et des perspectives de 2024.


Yvan Odonnat, le président directeur général de l’IEOM a justifié l’augmentation en 2023 des taux d’intérêt au besoin de contenir les anticipations d’inflation. Aujourd’hui, il s’est félicité d’avoir ralenti l’inflation en Polynésie en deçà de 2% et que les taux d’intérêt soient stabilisés depuis plusieurs mois.

Selon l’ISPF, en mars 2024, l’indice général des prix à la consommation a augmenté de 0,8 % et s’établit à 111,28.

« Les paramètres à considérer, c’est ce que la BCE (Banque centrale européenne, NDLR) pourra décider en matière d’infection de taux d’intérêt. Les marchés, quand vous regardez un certain nombre d’indicateurs, anticipent une baisse des taux d’intérêt dans la zone euro à l’horizon de juin de cette année. Si c’est le cas, nous verrons, en fonction des éléments d’information dont nous disposerons sur l’inflation, sur l’activité dans la zone franc pacifique la décision que nous prendrons. Ça, c’est le premier paramètre à considérer. Le deuxième paramètre, parce que ça, c’est la marge de manœuvre dont nous disposons, c’est notre évaluation de la situation interne de la zone. Et quand je dis la zone, ce n’est pas simplement la Polynésie, c’est aussi regarder ce qui se passe en Nouvelle-Calédonie et à Wallis-et-Futuna qui sont deux autres territoires qui font partie de la zone. »

Selon Yvan Odonnat, les investisseurs sont également dans l’attente de choix en matière de fiscalité de la part du gouvernement. « L’attente des opérateurs, des investisseurs, des entreprises, quelle qu’elle soit, notamment dans le secteur hôtelier, c’est que précisément, les choix fiscaux du gouvernement soient précisés le plus tôt et le mieux. Il y a un certain nombre d’opérateurs qui sont prêts aujourd’hui à investir dans la rénovation des hôtels, dans la construction de capacités additionnelles. Ce qu’il manque selon eux, c’est cette clarté sur les choix fiscaux ».

Dernières news