lundi 26 juillet 2021
A VOIR

|

Le pollueur évite de rembourser 4 milliards au Pays

Publié le

En octobre 2016, Willy Salmon a été condamné à 18 mois de prison avec sursis pour avoir géré une décharge sauvage à Haapiti. Un dépôt d'ordures qui a pollué les terres avec divers produits toxiques et des hydrocarbures. Pour remettre le terrain en état, le Pays avait obtenu de la justice le versement d’une somme astronomique. Une créance qui vient d’être annulée par le tribunal du commerce pour une simple erreur de forme.

Publié le 18/04/2021 à 12:47 - Mise à jour le 18/04/2021 à 12:47
Lecture < 1 min.

En octobre 2016, Willy Salmon a été condamné à 18 mois de prison avec sursis pour avoir géré une décharge sauvage à Haapiti. Un dépôt d'ordures qui a pollué les terres avec divers produits toxiques et des hydrocarbures. Pour remettre le terrain en état, le Pays avait obtenu de la justice le versement d’une somme astronomique. Une créance qui vient d’être annulée par le tribunal du commerce pour une simple erreur de forme.

En octobre 2016, après avoir été condamné pénalement à 18 mois de prison dont 6 avec sursis, William Salmon se voit également contraint de régler la coquette somme de 4,5 milliards de Fcfp au Pays pour avoir exploité une décharge sauvage sur son terrain à Haapiti. Des carcasses de voitures, des blocs moteurs et des futs d’hydrocarbure ont été enterrées sur ses terres situées au Pk 30. Sur l’antenne de Tntv, il dénoncait alors un acharnement à son encontre alors qu’il estimait rendre service à la commune de Moorea.

Faute de pouvoir régler cette somme, William Salmon dépose le bilan et est placé en redressement judiciaire. Le dédommagement du Pays est évidemment la plus importante de ses créances.

“Il a opposé un rejet de cette créance, il a obtenu gain de cause : la créance a été rejetée” s’est réjouit son avocat, Me Arcus Usang. “La paierie a déclaré sa créance mais dans des conditions irrégulières. C’est pour ça que cette créance, aujourd’hui, est éteinte sous réserve de l’appel de la paierie. C’est une question de forme mais qui rend justice à Mr. William Salmon qui a été victime effectivement d’un accablement qu’on ne comprend pas à ce jour”.

Une pure erreur de forme de la paierie de la Polynésie qui coute cher au Pays. La personne ayant signé la déclaration de créance n’avait pas compétence pour le faire. Présentée alors comme une première en Polynésie, la facture de 4,5 milliards de Fcfp reste finalement impayée et les terres de Haapiti demeurent polluées.

infos coronavirus