jeudi 22 avril 2021
A VOIR

|

Le 30e congrès des communes s’ouvre à Mangareva

Publié le

Mangareva – qui signifie la montagne de Reva… le Reva fleur symbole de Rikitea - accueille ce mardi, le 30e congrès des communes. Une première pour l’île qui va pouvoir montrer aux élus Polynésiens ce qu’elle a déjà réussi à accomplir en matière de service à la population.

Publié le 30/07/2019 à 10:00 - Mise à jour le 30/07/2019 à 14:36
Lecture < 1 min.

Mangareva – qui signifie la montagne de Reva… le Reva fleur symbole de Rikitea - accueille ce mardi, le 30e congrès des communes. Une première pour l’île qui va pouvoir montrer aux élus Polynésiens ce qu’elle a déjà réussi à accomplir en matière de service à la population.

180 élus des 5 archipels ont fait le déplacement ce mardi à Rikitea. Parmi eux, une vingtaine de maires. La majorité des maires de Tahiti étant aux abonnés absents.

Mangareva, île de 30 km, est peuplée par 1600 habitants. Vai Gooding, le maire, est en fonction depuis 2014. Parmi ses premières actions : réaliser des économies sur le fonctionnement, au profit de l’investissement. Une bonne part des agents communaux partis à la retraite n’ont pas été remplacés. Aujourd’hui la mairie travaille avec 35 employés. Le budget annuel est de 300 millions de Fcfp.

Rikitea fera sans doute des envieux parmi les élus présents au congrès. Notamment en matière d’emploi : 80% des jeunes travaillent. La perliculture est le principal secteur d’activité. Les grandes fermes perlières recrutent même de la main d’œuvre à l’extérieur via le Sefi.

Les statistiques en matière de délinquance vont également impressionner les visiteurs : Rikitea fait figure d’exemple à tout point de vue. A son arrivée à la mairie Vai Gooding a repris la gestion de l’eau et de l’électricité. Son objectif : de l’eau potable pour tous. A l’heure actuelle 2 districts sur les 5 que compte l’île en disposent.
Comme ailleurs au fenua : un frein au développement persiste : la question foncière. Les élus incitent les familles à sortir de l’indivision.

infos coronavirus