jeudi 16 septembre 2021
A VOIR

|

Il pointe une arme sur sa famille et des amis

Publié le

Dernière affaire jugée en comparution immédiate au tribunal de Papeete, ce lundi soir. Celle d'un père de famille qui a menacé ses proches avec un fusil à pompe, le vendredi 1er janvier 2021 à Papetoai, Moorea.

Publié le 04/01/2021 à 22:41 - Mise à jour le 05/01/2021 à 11:57
Lecture < 1 min.

Dernière affaire jugée en comparution immédiate au tribunal de Papeete, ce lundi soir. Celle d'un père de famille qui a menacé ses proches avec un fusil à pompe, le vendredi 1er janvier 2021 à Papetoai, Moorea.

Âgé de 50 ans, cet homme au casier judiciaire vierge, sans histoire selon certains, mais qui une fois sous l’emprise de l’alcool, changerait totalement de personnalité. Vendredi 1er janvier, après avoir passé une bonne partie de la journée à boire, il se rend au domicile familial vers 22 heures.

En colère, il s’empare d’une disqueuse pour ouvrir l’armoire de son fils, dans laquelle étaient rangés un fusil à pompe et des munitions. Une arme qu’il charge et pointe vers sa femme, ses enfants et un couple d’ami venu célébrer le nouvel an. Ils sont alors sur la terrasse de la maison.

“Je voulais juste leur faire peur” dit-il au juge. En pleurs, il s’excuse devant ses proches venus assister à l’audience. Le prévenu n’en serait pas à son premier accès de colère. Selon sa femme et son fils, le calvaire dure depuis 25 ans. “A chaque fois qu’il se fachait, il cassait les murs de la maison, on retrouvait la machine à laver à l’envers” s’exclame son fils devant le juge.

Le couple est en instance de divorce depuis 2 ou 3 mois. “Je ne veux plus rien de lui désormais, pouvez-vous accélérer le divorce ?” demande la femme du prévenu au juge. Elle et son fils ne demandent qu’une chose, que cet homme sorte de leur vie.

Le procureur a requis une peine de 2 ans d’emprisonnement avec sursis, avec effet immédiat. Une réquisition que la cours a suivi. Durant deux ans, le père de famille condamné n’aura plus le droit de se rendre à Moorea, ni d’entrer en contact avec les victimes. Il a aussi obligation de se soigner.

infos coronavirus