vendredi 23 juillet 2021
A VOIR

|

Tahiti Ti’a Mai : Une demande en mariage surprise

Publié le

Manahau Tahiti, O Marama, Tamanui Apato'a No Papara, Tahiti Ora et une demande en mariage font salle comble pour ce 5ème opus du festival.

Publié le 10/07/2021 à 9:46 - Mise à jour le 10/07/2021 à 9:51
Lecture 9 minutes

Manahau Tahiti, O Marama, Tamanui Apato'a No Papara, Tahiti Ora et une demande en mariage font salle comble pour ce 5ème opus du festival.

Manahau Tahiti – Hura

Jean-Marie Biret Toromona et sa compagnie Manahau est un électron libre de la danse traditionnelle polynésienne. Rentrer dans leur univers, c’est faire preuve de patience et de résilience, c’est aussi s’assurer d’un voyage initiatique aux portes d’une pédagogie – pierre angulaire du fonctionnement de la troupe – restaurant les valeurs humaines au travers de l’éducation familiale, le plaisir de s’attacher à son pays et son patrimoine puis de retrouver ses racines mais aussi l’estime de soi et son identité polynésienne.

A tout seigneur tout honneur, il leur revient donc d’ouvrir la 5ème soirée du festival en contant la belle et émouvante histoire d’un peuple des pirogues. D’emblée, la sophistication des pas de danse n’échappe pas au public présent, peu habitué aux représentativités contemporaines. Ces pas issus de combinaisons propres à Manahau, mais dont l’émotion émane à coup sûr, sont répertoriés, avec des bases transmises par Mamie Louise Kimitete, et bénéficient d’une recherche sans cesse renouvelée. Ces pas feront mouche dans le coeur de ceux qui seront réceptif. Les pirogues double à grand voile, voguant sous d’autres cieux, emportent avec ses jeunes, en devenir, le savoir des Tupuna “pour ne pas avoir à se réinventer”. Une invitation à l’émancipation et au voyage qu’il ne fallait surtout pas manquer.

O Marama – Hura

L’association ‘O Marama a vu te jour en octobre 2009 avec pour but de réaliser et organiser des activités en rapports avec la danse traditionnelle et folklorique. L’objectif principal de sa création était également de pouvoir participer au Hura Tapairu 2009 durant lequel le groupe remporte le 1er prix.
L’association ‘O Marama doit son existence à Monsieur Marama Dugan qui la préside jusqu’à ce jour. Marama a évolué au sein des divers groupes du Heiva i Bora Bora et du Heiva i Tahiti au cours de 32 années passées, puis à Raïatea et Tahaa. Le groupe a déjà participé au Heiva i Tahiti en 2012. Il a également participé au Heiva i San Diego en 2016. Cette année la troupe est très heureuse de participer au festival Tahiti Ti’a Mai et se retrouve donc pour la deuxième fois sur la scène mythique de To’ata. Et ce soir, si l’on se fie à la clameur du public, c’est une apothéose pour la troupe. L’orchestre en particulier, presque à lui seul, donne le ton sur les rythmes des pahu et des toere, les danseurs sont comme entrés en transe. Les voix ne sont pas en reste car celles, en mode nostalgie du “Tahiti d’antan”, d’Irma Prince suivi par la déclamation pleine d’assurance et de maturité d’une toute jeune ‘orero, ravissent les oreilles. Danseurs et danseuses, peu nombreux, offrant une époustouflante démonstration d’énergie, de toute beauté et en toute simplicité, avec tifaifai, rima’i, vélos, pareu, joie de vivre et sonorités entrainantes – tout en vrac – une recette parfaite pour sortir le public de sa torpeur. Ah non ce n’est pas tout…le fa’arapu endiablé de la meilleure danseuse de O Marama achève de conquérir de la plus belle des manières le coeur du public.

Tamanui Apato’a No Papara – Tarava Tuha’a Pae et Tuki

Ce soit nous assistons à la prestation du seul groupe de chant avec Tamanui Apato’a No Papara. Cette dernière voit le jour le 5 février 2017, est dirigée par Joseph Tarina, son Ra’atira ti’ati’a himene étant représenté par Tetaria Hatitio, c’est Teropa Nitotemo qui a composé les chants pour le tarava et Anne-Marie Iotua pour le tuki.

En 2019, Tamanui Apato’a No Papara remporte les 1er prix en tarava tuha’a pae ainsi qu’en himene ru’au ainsi que celui du meilleur costume, et ce soir cela se remarque.

Sur le thème de “Te Pape ‘e te farereira’a / L’eau et la rencontre” les chants content l’abondance de l’eau où la vie coule en découle. La culture polynésienne offre au thème de l’eau, bien que récurrent, une place de choix et l’inspiration coule tout naturellement de source pour Tamanui Apato’a no Papara louant ses bienfaits avec des voix qui prennent aux tripes.

Tahiti Ora – Hura

La troupe créée en 2008 est dirigée par Tumata Robinson. Après plusieurs tournées internationales, cela fait 7 ans pour Tahiti Ora que la troupe n’a pas participé aux festivités du Heiva. Après de nombreuses distinctions, la troupe se fait remarquer, à deux reprises en 2011 et 2014, en recevant le prestigieux prix Madeleine Moua pour le plus beau spectacle ainsi qu’une pluie de récompenses. Puis la pandémie est passée par là mettant un terme à cet élan en 2020. Tout comme le Phénix renaissant de ses cendres pour friser la perfection technique, le public ce soir restant seul juge, car point de compétition, c’est un Taupiti.

Pour ce soir la direction de l’orchestre est confiée à Kamaho’i Tu i’a tandis que les chorégraphies vont aux Lehia Mama pour les vahiné et Jérôme Tematua et Kaley Teriitahi pour les Tane. Le Ra’atira et ‘orero sera Olivier Lenoir sur un thème écrit par Simone Grand, également auteure du texte des chants et ‘orero. Pour la composition du aparima Orihaerera’a i Papeete, ce sera le chanteur Silvio Cicero et pour le Piti ae tara, Henry Tehani.

“ORIHAERERA’A” / “Promenade”, le thème écrit par Simone, conte l’histoire de Mahine qui vit à Tahiti. Son cousin, Tino, qui vit dans les Tuamotu, va pour la première fois visiter sa famille de Tahiti. Les préparatifs vont bon train pour recevoir Tino qui va découvrir, en compagnie de sa cousine Mahine, la ville de Papeete et la vie à Tahiti pour la première fois.

Texte et Photos : Stéphane Sayeb / Tahiti Zoom

infos coronavirus