Tahiti Pro : le COJO débute ses phases de test en vue des Jeux Olympiques

Publié le

A l’occasion de la Tahiti Pro qui se déroule depuis vendredi, le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 (COJO) a débuté ses phases de test et d’observation en conditions réelles en vue des Jeux Olympiques dont l’épreuve de surf se déroulera sur le spot de Teahupo’o.

Publié le 14/08/2023 à 9:26 - Mise à jour le 14/08/2023 à 9:26

A l’occasion de la Tahiti Pro qui se déroule depuis vendredi, le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 (COJO) a débuté ses phases de test et d’observation en conditions réelles en vue des Jeux Olympiques dont l’épreuve de surf se déroulera sur le spot de Teahupo’o.

La Tahiti Pro, avant dernière étape du tour mondial, offre l’opportunité au COJO « de tester son dispositif de bateaux sur le plan d’eau ainsi que les services qui y seront proposés aux athlètes », indique celui-ci dans un communiqué. « 

« Afin de garantir l’équité pour l’ensemble des athlètes lors des Jeux Olympiques et favoriser leur concentration et leur performance, le COJO teste la mise en place d’un ‘bateau prioritaire’ et de ‘ bateaux partagés ‘. Le bateau prioritaire sera situé sur la première ligne d’eau et chaque athlète (accompagné de son coach) se préparant pour le ‘ Heat’ à venir, aura la priorité et l’exclusivité sur ce bateau ».

« Les bateaux partagés seront également situés sur la première ligne d’eau et accueilleront athlètes et entraineurs se préparant pour les ‘ rounds ‘ suivants. Ces bateaux seront également équipés de tablettes numériques pour suivre la diffusion de la compétition en direct ».

– PUBLICITE –

« Ces initiatives mises en place pendant l’évènement permettent au Comité d’Organisation d’obtenir un retour d’expérience des athlètes et d’optimiser le dispositif de bateaux et les services qui leur seront proposés lors des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 », poursuit le communiqué.

« Pour le volet médical, les membres du Comité d’Organisation ont eu l’occasion d’échanger avec la WSL et le SAMU, sur les modalités d’évacuation, de prise en charge sur site ou d’orientation des blessés vers les hôpitaux. Les équipes médicales de paris 2024, les médecins et les ‘ water patrols ‘de la World Surf League ont pu échanger sur les procédures les plus adaptées à la spécificité du site iconique de Teahupo’o ».

« Plusieurs réunions de travail et visites de site avec les services du Haut-Commissariat, les acteurs de la protection civile, les autorités sanitaires polynésiennes et les représentants des services hospitaliers ont permis de travailler les connexions entre les différents services pour une prise en charge optimisée des patients. Une rencontre avec l’Aranui a également abouti à la mise en place de la médicalisation de nuit du Village Olympique ».

Échanges avec les riverains

« Côté infrastructures, logistique et technologie, les équipes de Paris 2024 ont pu échanger avec la World Surf League pour comprendre leurs opérations et identifier les points clés en termes d’organisation. Des rencontres et des tests ont également été effectués par l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences Radios) pour assurer la protection des futurs systèmes de communication du COJO ».

Le COJO a enfin installé pour la Tahiti Pro un stand à côté du salon des athlètes sur le site de compétition. Il permet au « Comité d’Organisation d’échanger avec les riverains et les visiteurs ».

« Un temps d’interaction privilégié avec les athlètes et leurs délégations a également permis à Paris 2024 de présenter les infrastructures et les services imaginés, ainsi que les principales avancées de la préparation des Jeux. Ces échanges ont été l’occasion de répondre aux différentes interrogations des athlètes et de recueillir leurs retours qui permettront au Comité d’Organisation d’affiner le dispositif d’ici 2024 », conclut le communiqué.

Dernières news