mardi 26 mai 2020
A VOIR

|

Trois petits jours et puis s’en vont

Publié le

Publié le 13/08/2017 à 15:00 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:54
Lecture 2 minutes

La Billabong Pro Tahiti est un événement phare pour le surf  au niveau mondial. Mais elle est aussi très importante au niveau économique pour les habitants de Teahupo’o. « Il ne faut pas oublier que Teahupo’o vît une fois dans l’année la compétition de surf. C’est pour cela que les habitants essaient d’améliorer leur environnement. Ici, 80% de la population n’a pas de salaire », explique Gérard Parker, maire de la commune.

Au-delà des jobs, ou encore d’une baisse des nuitées pour les habitants qui accueillent les surfeurs et les organisateurs, une autre conséquence est à prendre en compte. C’est l’investissement financier de la part des accueillants. « Trois jours de compétition, il y aura un impact. Car les gens se sont préparés à recevoir les surfeurs et leur staff. Ils ont investi. Si on raccourci la compétition, il y aura un impact. »

Du coté de Pascal Luciani, organisateur de la Billabong Pro Tahiti pour la WSL, on explique. « Sur trois jours, il est vrai que l’impact économique sur la commune est moindre. Cela change des douze jours prévus. Mais on est tributaire des aléas de la météo. C’est comme cela et pas autrement. »

La World surf League se donne douze jours maximum de période d’attente pour avoir les meilleures vagues. Et il semblerait que cette année, la fenêtre la plus favorable tombait les trois premiers jours. « Les conditions météo qui s’annoncent nous montre qu’à partir de lundi, les conditions ne sont plus favorables du tout. On ne peut rester là à attendre une embellie, alors que l’on sait très bien qu’il n’y aura rien derrière. », assure Pascal Luciani.

Etant, malgré tout une entreprise commerciale, on pourrait penser que la World Surf League soit satisfaite d’enregistrer moins de dépenses en trois jours qu’en douze. Ce serait  négliger le potentiel de la vague de Teahupo’o. Plus la vague se montre sous son vrai jour, plus la compétition est suivie sur les télés et sur Internet.
 
Il est donc à parier que La WSL préfèrerait attendre douze jours pour avoir des vagues magiques qui généreraient beaucoup d’audience, plutôt que de terminer la compétition en trois jours dans des conditions moyennes.
 

Rédaction Web avec Karim Mahdjouba et Thierry Teamo

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : les sociétés de nettoyage essentielles dans la...

Les agents de nettoyage sont aussi en première ligne dans la lutte contre le Covid-19. Ils travaillent sans relâche pour désinfecter des entreprises ou encore les supermarchés, où la demande est en hausse depuis quelques semaines.

Covid-19 : toujours 60 cas en Polynésie, un nouveau...

Au 22 mai, il n’y a aucun nouveau cas confirmé de Covid-19 dans la population de la Polynésie française. Le bilan reste à 60 cas confirmés cumulés. Les 29 marins de l'Équateur, en transit, sans contact avec la communauté, et qui ont été dépistés positifs, ne s'ajoutent donc pas.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV