vendredi 14 août 2020
A VOIR

|

Terai Bremond stagiaire professionnel au Toulouse football club : « le plus dur reste à venir »

Publié le

Publié le 06/02/2019 à 14:46 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:50
Lecture 2 minutes

Tout lui sourit. Sélectionné comme milieu de terrain pour les Aito Taure’a, Terai Bremond  participera à la prochaine Coupe du monde U20 de la Fifa. Formé à l’AS Venus, il a intégré depuis 2016 le prestigieux centre de formation Toulouse Football club qui a vu passer les plus grands, de Issa Diop à Fabien Barthez. 

D’où vient ta passion pour le football ?
« J’ai touché mes premiers ballons à l’âge de 7 ans dans mon club formateur l’As Venus ! Dans ma famille on est tous passionnés de football. Depuis, je n’ai jamais lâché le ballon jusqu’à maintenant. J’ai ça dans le sang ! »

Comment as-tu intégré le centre de formation Toulouse football club et qu’est-ce que cela t’a apporté ?
« C’était pendant une détection à Tahiti organisée par la FTF et les entraîneurs, dirigeants de Toulouse Football Club pour repérer les meilleurs joueurs polynésiens. J’ai tapé dans l’œil d’un d’entre eux. C’était Anthony Bancarel, d’ailleurs c’était mon coach en U17. J’ai effectué une période d’un mois d’essai avec eux. Le bilan de cet essai a été très positif et c’est de cette manière que j’ai pu intégrer le centre de formation ! Je savais que ça ne serait pas facile, mais c’était une grosse opportunité pour moi de vivre mon rêve dans un club professionnel ! J’avais 15 ans j’étais très jeune. Pendant mon intégration mentalement il fallait être fort ! »

Tu viens de signer ton premier contrat de stagiaire professionnel. Que ressens-tu ?
« Mes premières pensées, c’était beaucoup de joie et de fierté pour mes parents. Ce sont eux qui ont rendu tout cela possible et réel ! Maintenant le plus dur reste à venir pour moi. »

Quels sont tes objectifs à venir ?
« Mon objectif cette année, c’est d’abord aller le plus loin possible en championnat et en coupe avec mon club. Après, il y a la Coupe du monde en mai où il faudra tout donner pour aller le plus loin possible. Il faudra aussi faire la préparation (pré-saison) cet été avec le groupe pro pour la saison prochaine qui est beaucoup plus importante que les autres. »

Quel message voudrais-tu faire passer aux jeunes Polynésiens passionnés de football ?
« Je souhaite à tous les jeunes Polynésiens passionnés de football beaucoup de réussite, de ne rien lâcher, ayez confiance en vous , continuez de travailler sérieusement et de persévérer, les efforts que vous fournissez finiront toujours par être récompensés : « Croyez en vos rêves et ils se réaliseront peut-être croyez en vous et ils se réaliseront sûrement ». 

 

Propos recueillis par Manon Della-Maggiora 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV