lundi 25 octobre 2021
A VOIR

|

Tennis : Gillian Osmont fait ses premiers pas chez les professionnels

Publié le

Pendant 8 mois, le champion de Polynésie en titre, Gillian Osmont, a réalisé une tournée en Amérique centrale. Grace à la préparation de son coach Andrew Sznajder, il était en constante progression dans le circuit ITF junior. Désormais, il franchit un nouveau cap : celui d’évoluer dans le circuit professionnel, une première dans l’histoire du tennis local.

Publié le 26/09/2021 à 17:31 - Mise à jour le 27/09/2021 à 8:54
Lecture 2 minutes

Pendant 8 mois, le champion de Polynésie en titre, Gillian Osmont, a réalisé une tournée en Amérique centrale. Grace à la préparation de son coach Andrew Sznajder, il était en constante progression dans le circuit ITF junior. Désormais, il franchit un nouveau cap : celui d’évoluer dans le circuit professionnel, une première dans l’histoire du tennis local.

Avant de rentrer dans la cour des grands, Gillian Osmont avait besoin d’un petit détour au fenua pour retrouver le mana au sein de sa famille. Et pas question de suspendre la préparation : à raison de 3 à 4 heures d’entraînement par jour, le sportif suit à la lettre un programme que lui a concocté son coach. Un travail axé sur l’intensité, la précision et la constance. “On est à fond cette semaine, même si on a réduit le temps d’entraînement pour que ça soit vraiment qualitatif, et avec beaucoup d’intensité, c’est ça qui compte le plus” explique le jeune Tahitien.

Gillian a fait ses premiers pas dans le circuit international junior à seulement 14 ans et il enchainait les compétitions en Europe. Très vite, il signe de nombreux succès en battant des joueurs classés dans le top 200 mondial. Mais durant sa progression, le joueur de tennis se blesse en 2018 lors d’une compétition au Caire en Égypte. Une mésaventure qui met à mal ses ambitions : “Je n’ai pas pu performer pendant 1 an et demi à cause de ma blessure au poignet, cela m’a beaucoup embêté, c’était très frustrant. Je n’ai pas pu garder le même classement, du coup je suis redescendu à plus de 1000. Et là, depuis que je reparti en tournée, j’ai réussi à remonter dans le top 500”.

Des progrès rapides qu’il doit à son entraîneur Andrew Sznajder, ancien joueur professionnel et classé 46ème mondial dans les années 90. En janvier, Gillian l’a rejoint au Costa Rica pour entamer une tournée en Amérique centrale. Nicaragua, Colombie, Salvador… il enchaine les compétitions à un rythme effréné. “Il a cette énergie, c’est quelqu’un de positif, et ce sont des caractéristiques que j’aime beaucoup, parce que quand vous avez un athlète sous pression, vous devez avoir cette capacité, vous devez avoir cette confiance intérieure pour gagner. Et Gillian a tout ça, c’est quelque chose de spécial, quelque chose qu’on ne peut pas apprendre, quelque chose qui est à l’intérieur de vous, avec vous, et lorsque vous avez tout ça, vous pouvez faire des merveilles” indique son entraîneur.

Grace à ses résultats et à la renommée de son entraineur, Gillian a reçu une invitation pour entrer dans le circuit professionnel. Sa prochaine tournée débutera le 4 octobre en Égypte. Il disputera 7 tournois d’affilée : “Je commence avec l’échelon le plus bas, ça s’appelle les futurs, et en fonction de mes résultats, on va voir si je pourrai passer dans les challengers voire dans les ATP 250 à venir, je ne sais pas, on verra, cela dépendra de mes résultats. Je suis très excité de commencer ma tournée”.

À 18 ans, Gillian sera ainsi le premier Tahitien à porter les couleurs de la Polynésie dans le tennis professionnel. Mais cette opportunité à un coût : rien que la participation à 2 mois de tournoi en Egypte coûte 19 000 dollars soit près de 2 millions de Fcfp. Des dépenses prises en charge uniquement par ses parents. 

Rédigé par

infos coronavirus