mardi 2 juin 2020
A VOIR

|

Taekwondo : Waldeck Defaix veut être au sommet de sa discipline

Publié le

Publié le 23/05/2016 à 15:59 - Mise à jour le 27/06/2019 à 11:00
Lecture 3 minutes

On connaît peu son parcours. Et pourtant, Waldeck Defaix, champion de France de taekwondo 2015, est vice-champion 2016.   Aux derniers Jeux du Pacifique, le Tahitien était capitaine de la délégation polynésienne de taekwondo. 

Le taekwondo pour Waldeck, c’est une histoire de famille. Son père était entraîneur du club Heima (aujourd’hui Tefana Taekwondo). « Il m’a tout naturellement mis sur les tatamis à l’âge de 4 ans donc cela fait 17 ans que je fais du taekwondo », confie le champion. Mais c’est à 12 ans que Waldeck décide de vraiment s’investir dans ce sport. « Jusqu’à l’âge de 12 ans je pratiquais simultanément le football et le taekwondo mais arrivé à un moment j’ai du choisir entre les deux, j’ai donc décidé d’arrêter le football et de me concentrer à 100% sur le taekwondo. J’ai fait ce choix car le taekwondo m’apportait plus de perspectives : être champion de France, d’Océanie, gagner des opens, etc.  »

Cette année, également champion de France universitaire de sa discipline, il vise les Jeux universitaires européens en juillet mais aussi les Océanias en octobre. Mais Waldeck a beau être vice-champion de France de sa discipline, il n’a aucun sponsor. Il espère cependant atteindre ses objectifs. 
Et le Tahitien ne s’imagine pas rentrer au fenua avant d’avoir atteint le « top mondial ». « J’envisage bien évidemment de revenir à Tahiti mais le retour au fenua, je le vois comme une récompense, et je ne m’installerai pas avant de l’avoir mérité », confie-t-il. 

Manon Kemounbaye

 

Waldeck Defaix, vice-champion de France de taekwondo


Depuis quand pratiques tu le taekwondo ?
« Le taekwondo pour moi c’est une histoire de famille car mon père a lui-même fait du taekwondo. Il était entraîneur du club Heima (aujourd’hui Tefana Taekwondo).  Il m’a tout naturellement mis sur les tatamis à l’âge de 4 ans donc cela fait 17 ans que je fais du taekwondo. »

Pourquoi as-tu choisis cette discipline ?
« Jusqu’à l’âge de 12 ans je pratiquais simultanément le football et le taekwondo mais arrivé à un moment j’ai du choisir entre les deux, j’ai donc décidé d’arrêter le football et de me concentrer à 100% sur le taekwondo. J’ai fait ce choix car le taekwondo m’apportait plus de perspectives : être champion de France, d’Océanie, gagner des opens, etc. Et le taekwondo c’est une famille dont je suis devenu le capitaine aux derniers Jeux du Pacifique. » 

Cette année tu es devenu champion de France universitaire et Vice-champion de France dans ta discipline. Que vises-tu à présent ?
« Il me reste encore quelques objectifs cette année comme les Jeux universitaires européens à Zagreb et Rijeka en Croatie du 13 juillet au 26 juillet et aussi les Océanias en Octobre. Pour ses prochaines échéances, j’espère au moins avoir une médaille à l’une de ses deux compétitions et pourquoi pas les deux. En tout cas je me donnerai à fond pour atteindre cet objectif. Et j’aimerai aussi avoir des sponsors d’ici là si cela peut me permettre de parvenir à mes objectifs car pour l’instant je n’ai aucun sponsor. »

En dehors du taekwondo, tu possèdes ta propre chaîne YouTube. D’où te viens cet attrait pour l’audiovisuel ?
« Oui je possède ma chaîne YouTube et ma page Facebook  qui se nomme « Deck fait ses vid’s ». J’ai toujours aimé faire des vidéos et raconter des histoires pour apporter parfois des messages ou juste des sourires aux gens. Et je veux aussi partager l’esprit tahitien  à travers mes vidéos aux plus grand nombre. »

Quels sont tes projets d’avenir ? Envisages tu de revenir un jour t’installer au fenua ?
« Tout d’abord j’ai pour projet de finir mes études en France et de m’entraîner encore pour essayer d’être dans le top mondial de mon sport. J’envisage bien évidemment de revenir à Tahiti mais le retour au fenua, je le vois comme une récompense  et je ne m’installerai pas avant de l’avoir mérité. »

Vous avez du talent ? Vous connaissez quelqu’un qui mérite d’être connu ? Contactez-nous à [email protected] ou via Facebook, en message privé.

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

« We are Green » : un événement pour consommer local au centre...

L'association de la Plazza basse du centre Vaima en partenariat avec la fédération des horticulteurs Hei Tini Rau et la MFREO de Taharuu – Papara organise son premier événement "We are Green" ce samedi 30 mai de 8 heures à 13 heures au centre Vaima, à Papeete.

Plus de 2 500 visiteurs pour la réouverture du...

Soulagement et sourire aux lèvres pour les agriculteurs qui ont fait leur retour au marché du dimanche matin à Papeete, mais également pour le public qui était au rendez-vous, après plus de deux mois d'absence, lié au confinement.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV