dimanche 18 avril 2021
A VOIR

|

Surf : il y a 12 ans, Malik Joyeux disparaissait à Hawaii

Publié le

Publié le 05/12/2017 à 9:03 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:54
Lecture < 1 min.

Le surf était toute sa vie. Malik Joyeux a dompté les plus grosses vagues, jusqu’à ce terrible vendredi 2 décembre 2005. À 25 ans, l’enfant de Tahiti s’est tué sur le site de Pipeline, North Shore d’Oahu, à Hawaii.

La vague qu’il surfait s’est refermée sur lui. Le corps du surfeur est réapparu plusieurs minutes après, au nord de Pipeline. Depuis 1989, selon surfertoday.com, sept surfeurs sont décédés sur le site.

Chaque année en décembre, la mémoire  de Malik Joyeux est honorée dans le monde du surf et bien au-delà. Ces derniers jours, les hommages se sont succédé.

Le journal sportif L’Equipe a publié ce mercredi l’interview du frère de Malik Joyeux, Teiva Joyeux. Lors cet échange pleine d’émotion, il revient sur la personnalité de son frère, sur ses souvenirs avec lui et sur sa vision du surf.

« Visionnaire », « pur »« déterminé » et « déconneur » sont les termes employés par Teiva pour désigner son frère.

12 ans après la mort de Malik Joyeux, le monde du surf et ceux qui l’ont connu n’ont rien oublié. 

Rédaction web 

Always in our hearts ❤️ Malik Joyeux. #malikjoyeux #malikwouldsmile #12yearstoday #rip

Une publication partagée par Tim McKenna -TMK-TAHITI (@timmckenna) le

TEAHUPOO BIG WAVE SURF BY MALIK JOYEUX / www.alejandroberger.com from Alejandro Berger on Vimeo.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.